Healthy food where are you?

The first time I came in Japan, more than 10 years ago, I ate Japanese real food made by Japanese people for Japanese customers. I lost weight in one week and never felt hungry. It wasn’t much food but it was high quality food that didn’t cost a lot and brought everything my body needed. It made me lose the useless weight rather quickly.

I came in Japan several times, but today, this year, it’s the first time I was coming back and spending more than 2 weeks to lose the overweight. Food changed. What I ate at that time, I can barely find it again.

And there are more fat Japanese people now than 3 years ago. When I say fat, it’s as fat as an American can be, eating fast food everyday all day long, or french eating pastries every day.

By the way, I never saw so many french bakeries, Italian restaurants and American fast food in Tokyo. Burger exploded. Mc Donald, KFC and even burger restaurants made by Japanese people exists everywhere. T__T Where is the healthy food I like so much?

I used images that are already online, because I’m too tired to take photos of those restaurants.

 

 

Reused image from www.globosapiens.net

 

 

 

 

reused image from jal.japantravel.com

 

 

 

 

reused image from www.shutterstock.com

 

 

 

 

reused image from Bento.com

 

It’s unfortunate that the young generations have forgotten the healthy food. In 10 years, I think they will regret it and the next generation will even fight it and later they will try to turn back in time. Unfortunately, it will be too late as the variety of healthy vegetables will slowly but surely disappear. As it was the case in France.

Advertisements

Democracy, my love

… in name only.

– No, no, no. I can’t accept intimacy of that level so faaasssst. We don’t know each other yet. Do we?
– Everyone knows I am the best. You can trust me. Everything in democracy is for your security. They only have your security at best interest. Your security and safety is important.
(Remember the film enemy of state?)
– Please, I need to know you better.
– You can know me better by accepting me now. Look as those flowers are beautiful, the sky full of stars, the ocean still has some fishes. Yes look at that, concentrate only on that while I’m doing something else you don’t need to know.

In occidental countries we tend to say that democracy is saying “fuck” with flowers.
And every time I’m reading newspapers from democratic counties, I’m amazed by the hypocrisy of our democratic leaders and journalists. For me, today, democracy is the biggest illusion and lie to humanity.

I always read things like:
“Putin killed… Putin made war… Putin is a monster…”
“North Korean Kim Jong-un is crazy (says the craziest man in the world)… he’s bad… he’s the worst…”

Wake up! Have you all forgotten what USA’s presidents and governments did? How many wars they started? How many women they violated? How many human’s rights they violated? How many humans they tortured? How many humans they killed and how many they are still killing today? Did you forget, they even turned their own citizen into guinea pigs?

And why is no one asking Mr Trump to stop the development of his nuclear weapons?
Why nearly no one is talking about his new nuclear weapons, smaller and able to destroy a country faster?
Why is no one talking about democratic monsters? Trump, Macron, Merkel and the others are not the heroes in white, saving humanity. They are crushing us down. Slowly but surely.
Democracy was never the good white hero on his white horse to save your arse. Caring about you is an illusion so you’ll do what they want.

It’s true that we are not subject to be killed openly by the democratic presidents. That doesn’t mean that people don’t die and that injustice doesn’t exist.
Prison can kill people, laws can kill people, manipulation and corruption are killing people.
You don’t have to believe me. Go live 5 to 10 years in those countries. If you survive without a scratch you’re lucky.

I really prefer to have someone who will kill me straight, than having someone who will torture me, give me the illusion of liberty and kill me slowly.
How many lies are behind democracy?
How many crimes were done in the name of democracy?
Democracy is the new god governments are making war for.

A dictator will tell his people his will and everyone has to do it or else they’ll be killed. That we know. It’s clear, transparent… should I say honest?

By the way, what is USA still doing in Asia, Africa, Europe? As president Trump said “It’s not our neighborhood”. That’s true. So take your armies, industries which poison our food and air and water and earth, and take your spies with you and leave us alone! We never asked for your help. Not even during the second world war and you were the one who came when it was in your interest!

One last word on Korea’s situation. How can they compare Korea and Germany? For me it’s completely different. One may reflect on USA needs and fears and they’ll understand the difference. After all, during 50 years, the former North Korean dictator tried to unify the country several times. Strangely some reports are showing that USA interfered every time to avoid the reunification.
Where is democracy here???

De l’utilité des rideaux

Un article pour parler d’un sujet pas si vital…

Depuis que j’ai déménagé il y a 1 an, je suis confrontée à un problème que je n’aurais jamais cru avoir un jour. Vous vous rendez compte? Je vois mes voisins nus dans la salle de bains T__T
– oh avoue! Le jeune adolescent est plutôt bien foutu!
– J’avoue. Il avait de belles fesses… Mais… quand même! Imagine que je sois une psychopathe, un tueur en série, un pédophile! Tu laisses les gamins être vus par des inconnus. -_-”’
cela peut être dangereux n’est-ce pas?

Quand j’étais jeune, mes parents me répétaient souvent « ferme les rideaux quand tu te déshabilles », « ferme les rideaux les voisins nous voient », etc…
C’était l’ancien temps apparemment, parce que là où je vis aujourd’hui les rideaux n’existent plus. Et la gestion des volets n’a aucun sens pour moi.
Réellement, à
quoi cela sert-il de fermer tous les volets quand on laisse celui de la salle de bains ouvert, et que les gens (enfants et adultes) prennent les douches nus sous le regard parfois involontaire de leurs voisins d’en face ? O_o je ne comprends pas. Mais ai-je envie de comprendre ? -_-”’

Il existe plusieurs sortes de rideaux :
Simples, ils permettent de vivre en plein jour sans être épiés par les voisins ou les passants dans la rue. La nuit, avec la lumière allumée tout se voit.
Doubles, ils permettent de laisser passer la lumière du jour en fermant les doublures. Et en ouvrant les doublures la nuit ils permettent de vivre sans regards indiscrets qui épient nos moindres faits et gestes.
Isolants, ils ne laissent pas passer la lumière, mais ils protègent du froid.

La nuit, les volets sont baissés. Je ne vois même pas pour quelles raisons on les laisserait ouverts. Voir la lune et les étoiles? Ici le temps est souvent nuageux. C’est vrai que regarder les étoiles me manque parfois.
Mais plus qu’une question d’économies d’énergie qu’on veut nous faire avaler depuis des décénies, fermer les volets c’est pouvoir être tranquille chez soi, se mettre à poil si l’on désire tout en chantant l’artiste de son choix.

La salle de bain ? Ahhh cette fameuse salle de bain ! Plein de monde pense que ces films fins posés sur les vitres, protègent du regard extérieur. Quelle erreur ! On voit tout à travers que ce soit le jour ou la nuit. D’où l’utilité d’apprendre à gérer les volets quand vous avez la chance d’en avoir. Les fermer quand on prend sa douche, les ouvrir quand on en a terminé et ouvrir la fenêtre pour aérer.

Pensez-y surtout pour les enfants. De nos jours vous ne savez pas qui sont vos voisins.

Personnellement quand je reçois du monde, je suis vraiment gênée que mes invités assistent à un spectacle de nudisme, que ce soit un enfant, une adolescente ou les parents. J’ai bien essayé de faire comprendre à ces voisins le problème, sans succès. Dès que j’essaye de faire signe à la dame pour lui parler en direct, elle se cache et elle ferme le volet. Quel monde!

Et puis zut! Ce n’est pas à moi de gérer cela. Je préfère en rire et laisser les autres assister au spectacle donné gratuitement.

Conclusion : Et maintenant?

Et maintenant ?

Quelques astuces :
Lors du face à face, l’important n’est pas la réaction des parents lors de la confrontation, mais la nôtre.
Si nous sommes capables de rester ferme face à la fureur de nos parents, à leurs accusations, leurs menaces et leurs tentatives culpabilisantes, ce sera un grand moment de vie, porteur de changements positifs pour nous.
Si nous n’en sommes pas capables rien n’est perdu. Nous pouvons ré-essayer autant de fois que nous en avons besoin. Sans pour autant les multiplier à l’infini.

Types de réponses face aux réactions de nos parents :
« Tout ça n’est jamais arrivé »
=> « Le fait que tu ne t’en souviennes pas ne prouve pas que ce n’est jamais arrivé »

« j’ai dit que j’étais désolé. » carotte pour nous neutraliser
=> « J’apprécie que tu t’excuses. Si tu es véritablement désolé tu seras disponible pour moi quand j’aurai besoin de toi, en répondant à mes désirs et non aux tiens. »

« Nous avons fait de notre mieux » compassion de notre part
=> « Je comprends que tu as passé des moments difficiles mais j’ai besoin que tu comprennes que la façon dont tu réagissais à tes problèmes m’a vraiment fait souffrir. »

« Regarde tout ce que nous avons fait pour toi. » = « Voilà comment tu nous remercies »
=> « J’apprécie vraiment tous vos efforts, mais cela n’a jamais pu compenser les peines et les douleurs que j’ai ressenties. »

« Comment peux-tu me faire cela ? » = ce sont eux les victimes et nous les personnes cruelles. Ils nous accuseront de leur faire du mal et de les décevoir. = nous faire culpabiliser
=> « Je suis navré que vous soyez contrariés. Je suis désolé que vous ayez de la peine. Mais je ne céderai pas là-dessus. Moi aussi j’ai souffert pendant de très longues années. Et je souffre encore. »

Le but est d’éviter l’enlisement dans les pièges émotionnels. Ne cherchez pas à vous défendre, ni à rester sur la défensive. Les « parce que » sont à bannir.

Si toute communication devient impossible avec les parents à cause de leurs comportements, il faut interrompre toute discussion. Levez-vous si vous êtes assis et partez ! Quoi que vos parents vous disent. Partez sans vous retourner. Une autre fois peut-être ils seront plus disponibles pour vous écouter.

C’est un échec pour eux, pas pour nous. Lors de cette constatation il est plus facile de renoncer à notre espoir insensé d’une relation d’adultes avec eux.

« Je pense que ce qui me fait si peur c’est d’avoir décidé que je ne veux plus me sacrifier. Je vais les laisser être responsables de leurs choix et d’eux-mêmes, pour changer. Même si je risque de perdre mes parents. Cela est arrivé au point où c’est eux ou moi. »

Le danger réside dans la réaction des parents qui feront pratiquement tout pour rétablir le confortable équilibre familial auquel ils sont habitués. Ils sont capables d’exercer une formidable séduction quand ils chantent, telles des sirènes, leurs complaintes de culpabilité, de pitié ou de reproches.
Ils ont tendance à ne pas supporter les changements définitifs ; comme couper toute relation avec leurs enfants.
Nous avons tous gagné en confiance en nous et en liberté de choix et d’action. Nous avons rencontré des gens merveilleux et puis des gens un peu moins merveilleux. ^__^ Mais toutes les rencontres nous ont enseigné des choses.

Nous nous sommes sacrifiés toute notre vie. C’est le moment de changer et de vivre enfin.

Même à 40 ans, même à 50 ans, même à 60 ans et même après, il est toujours temps de le faire. Nous vivons de plus en plus longtemps. Pour quelles raisons attendre encore ? Le prince charmant sur son destrier blanc ne viendra pas vous tirer de là (déjà il faudrait qu’il existe !), la princesse charmante ne viendra pas non plus vous donner les moyens de vous libérer (elle non plus n’existe pas). Attendre ne sert donc à rien si ce n’est vous enliser dans le désespoir, la solitude, les ténèbres.

Une fois les vieux schémas avec nos parents détruits, nous avons gagné en temps, en énergie et en sérénité. Certains d’entre nous ont réactivé des projets endormis au fond de leur âme. D’autres ont multiplié les activités extraprofessionnelles et ont fait des rencontres ce qui leur a permis d’élargir leur cercle d’amis.

Nous sommes devenus plus tolérants, plus ouverts et plus disponibles pour les relations avec les autres.

Nous avons décidé de faire des choses que nous n’avions jamais fait auparavant, pour essayer et tester afin de découvrir ce qui nous convient ; ce qui nous correspond.

Nous avons guéri nos corps et certains ont commencé à faire du sport.

Nous avons commencé à voyager seuls ou avec des amis.

Nous ne sommes pas des victimes. Nous refusons l’apitoiement et la victimisation. Changer notre comportement c’est changer également nos relations avec nos parents et avec le monde extérieur. Nous ne sommes plus des enfants sans défense.

Et les autres ne sont pas là pour qu’on leur fasse vivre l’enfer que nous avons vécu.

Reconnaître nos torts et nous excuser de notre comportement explosif et malsain avec les autres, brise le cycle infernal, car nous avons conscience de notre manière d’être et ne voulons pas récidiver.

La seule façon de communiquer avec nos parents est de ne pas jouer à leurs jeux. Si nous n’avons toujours pas obtenu l’affection et l’acceptation de nos parents à l’âge adulte, il y a vraiment peu de chances pour que nous l’ayons un jour.

Une des choses les plus difficiles à faire reste de laisser nos parents être ce qu’ils sont, comme ils sont.

Lorsque quelqu’un nous manifeste son amour, nous nous sentons acceptés, respectés, ayant de la valeur. Le véritable amour provoque des sentiments de chaleur, plaisir, sécurité, stabilité et paix intérieure.

Nous avons découvert que notre angoisse face à nos parents s’est envolée au moment où nous avons compris et admis que nous n’avions plus besoin de leur approbation. Nous sommes devenus émotionnellement autonomes.

Et plus nous sommes autonomes et indépendants dans nos vies et dans nos têtes, moins nos parents sont satisfaits. Ils se sentent réellement menacés par le changement.
Parents : « Tu n’as plus besoin de moi »
« Tu me détestes. »
Nous : « En effet je n’ai plus besoin que tu me considères comme un enfant attardé mental. »
« Je suis navré que tu le prennes de cette façon. »

« Attendez-vous à flancher ; attendez-vous à faire des erreurs. Vous n’échapperez jamais tout à fait à l’angoisse, à la peur, à la culpabilité et à la confusion. Comme tout le monde. Mais ces démons ne vous contrôleront plus. C’est la clef de la vie. »

Point information santé par magtebmeiji :
Il est fréquent que les adultes comme nous souffrent de maux de tête, de maux d’estomac, de tension musculaire, de fatigue chronique, de perte d’appétit (anorexie) ou de boulimie, d’insomnies ou de nausées. . . et bien d’autres.
En travaillant à nous changer et à reprendre nos vies en main, certains ont réussi à arrêter leur boulimie, d’autres ne sont plus fatigués, d’autres n’ont plus de maux d’estomac ou de tension musculaire, d’autres ont combiné tout cela à la fois et d’autres ont soigné des maladies plus graves encore.
Les bénéfices de ce soin sont visibles rapidement si et seulement si nous arrêtons de fuir la réalité, aussi dure soit-elle.

Point d’attention d’Auron :
Si les parents vous disent qu’ils vont se suicider, partez sans vous retourner. Il y a bien sur des chances pour qu’ils passent à l’acte mais il est important de comprendre que vous n’êtes en rien responsables de leurs décisions. S’ils décident de vraiment se suicider qu’ils le fassent.
La plupart ne le feront pas. Je connais une personne qui a même osé dire à ses parents qu’elle pouvait leur trouver une arme à feu pour le faire s’ils le désiraient.
La peur et la culpabilité l’ont rongée mais elle n’est jamais revenue en arrière. La prochaine fois que mes parents me menacent de suicide je leur dirai la même chose.
Les gens qui se suicident, en général, ne le disent à personne et passent à l’acte. Comme nous avons failli le faire. En silence.

 

Pardonner à ses parents est-ce une solution ?
Nous avons pour la plupart d’entre nous commencé par pardonner le comportement de nos parents. Pour nous rendre compte, pour encore une plus petite partie d’entre nous, que le pardon est un piège. Il nous rend plus vulnérables. Il diminue nos capacités à évacuer nos émotions refoulées pendant toutes ces années. Comment reconnaître alors notre colère, notre tristesse et notre douleur ?

Vous pouvez leur pardonner une fois l’indépendance émotionnelle acquise.

Car, avant de pardonner, il est primordial de remettre les responsabilités de ce qui nous est arrivé à la bonne personne.
En pardonnant aveuglément aux parents qui nous ont blessé, nous aboutissons en retour à nous détester nous-même d’autant plus et à nous haïr. « pourquoi je n’ai rien vu ? » ; « pourquoi n’ai-je pas agi/réagi plus tôt ? »…
Certains d’entre nous ont besoin de pleurer sur l’amour et la reconnaissance qu’ils n’ont jamais reçu de leurs parents et qu’ils ne recevront jamais.
« pardonne et oublie » c’est exactement comme dire : « fais comme si rien ne s’était passé ».

C’est une illusion de penser ou de croire que nous pouvons oublier. En nous, il y a un enfant à réconforter et à soigner, un adolescent à encourager et un adulte à aimer.

Pour savoir si vous êtes en phase de pardon demandez-vous :
Êtes-vous capables d’avoir vos propres pensées, d’entreprendre vos propres actions, de ressentir vos propres sentiments sans prendre en considération en aucune façon les espoirs et ambitions de vos parents, et sans ressentir de la culpabilité ?
Si la réponse est oui de façon sure et certaine alors vous êtes en phase de pardon. Si non, gardez le pardon vraiment pour la fin.

 

Comment remettre la responsabilité à la bonne personne ?
Nos parents sont responsables de ce qui se passe à l’enfance et à l’adolescence.
Quelles qu’aient été leurs intentions, la responsabilité qui leur incombe leur revient de droit. A l’âge adulte les responsabilités sont partagées entre l’adulte-enfant et les parents :
« Mes parents étaient responsables de ma dépression. Je devais toujours être disponible pour eux. »
« Je suis responsable de ne pas savoir refuser »

« Mes parents étaient responsables du choix de l’appartement dans lequel je vis. »
« Je suis responsable d’avoir manqué de courage. »
« Je suis responsable d’avoir signé des papiers que je ne voulais pas signer. »

« Mes parents sont responsables du vide sidéral de ma vie amoureuse. »
« Je suis responsable de rester murée chez moi ou dans mon sommeil. »

« Mes parents sont responsables de mon mal-être »
« Je suis responsable de ne pas me connaître/m’accepter. ». . .

Pour finir, nous rassurons les parents qui ont eu le courage de lire tout l’article. Nous ne vous demandons pas de changer pour nous. Nous n’attendons plus rien, car nous sommes des adultes maintenant. Nos vies sont entre nos mains. Nous en sommes responsables.

C’est à nous de consoler l’enfant qui est en nous et de faire notre deuil de notre passé.

C’est à nous de changer et de prendre l’entière responsabilité de nos choix.

Nous apprenons plein de choses sur la vie, sur l’amour, sur les relations avec les autres. Nous sommes partis à la découverte du monde et ne comptons pas nous renfermer à nouveau dans cette prison. C’est notre choix et nous ne le regrettons pas.

Nous avons le droit de nous tromper et de tomber. L’essentiel est de se relever. Ce sont les leçons de la vie. Et justement nous avons une vie à construire.

NB: « l’absence de choix est également  un choix. C’est le pire choix qu’on puisse faire. »

Bon courage à tous

Nous répondrons à toutes vos questions et toutes vos remarques par mail de manière confidentielle sur magtebmeiji@gmail.com

Remerciements :
A Thomas et Magtebmeiji pour leur patience, leur écoute et surtout pour nous avoir donné le courage de prendre nos vies en main car nous doutions de pouvoir changer quoi que ce soit.
Aux psychologues qui nous aident encore aujourd’hui à réparer nos âmes.
A nos amis qui nous ont supportés toutes ces années et qui sont encore là pour nous malgré nos comportements et paroles violents.
A nos enfants que nous avons blessés, à qui nous avons demandé pardon et qui nous ont compris.
Auron, David, Fleur, Lynda, Michael, Thomas et Magtebmeiji

Nos comportements et réactions

Quelques explications complémentaires sur nos propres réactions et comportements

Nous, comme beaucoup d’autres adultes, avons utilisé très tôt le déni de réalité. « La dénégation est le plus primitif et le plus puissant système de défense psychologique ». Il déguise la réalité pour minimiser ou même nier l’impact de certaines expériences pénibles.

Souvent, à l’âge adulte, nous avons pensé de nos parents :
« Ils ont fait du mieux qu’ils pouvaient. »
« Ils avaient de bonnes intentions. »
« C’est parce qu’ils nous aiment. »

Cela masque le fait que nos parents nous ont abandonné émotionnellement. Le développement émotionnel sain est très ardu pour nous par « l’absence » même de nos parents sur le plan sentimental. Nous avons grandi sans nous rendre compte que nous étions une sorte de marionnette qu’ils ont toujours manipulée au gré de leurs émotions.
Nous avons grandi sans comprendre ce qu’aimer signifie et nous avons adopté inconsciemment les mêmes comportements que ceux de nos parents… même si nos comportements nous dégoûtaient profondément. Nous ne savions pas comment être autrement avant de nous comprendre et de comprendre l’origine même de nos réactions. Nous avons changé grâce aux rencontres que nous avons faites tout au long de notre vie.

Pour quelles raisons explosions-nous face à nos parents au lieu de discuter comme des adultes matures ?
Car la dénégation fut notre « cocotte-minute » émotionnelle : plus longtemps nous la laissions fermée, plus nous faisions monter la pression et plus l’explosion fut violente. Quand les crises émotionnelles arrivaient, il nous a fallu affronter les vérités que nous avions évitées. Et cela dans un moment de stress intense. Encore aujourd’hui, nous nous entraînons à dire les choses au lieu d’intérioriser et de prendre sur nous afin d’arriver à complètement vider notre charge émotionnelle face à eux.

Mais depuis toujours, nos parents ont miné la confiance que nous avions en notre capacité de percevoir la réalité. Et cela a rendu encore plus difficile la réhabilitation de notre estime personnelle après les avoir écoutés :
« Ce n’est pas si grave. »
« Tu n’as rien compris. »
« Cela ne s’est pas passé comme ça. »
« Cela n’est jamais arrivé. »
« Tu interprètes tout ce que je dis mal / de travers. »

Tu viens t’amuser ? O_o Qu’est-ce que s’amuser veut dire ? Ai-je le droit de m’amuser aussi ?
Avant de commencer à changer notre manière de penser et d’agir, « s’amuser » n’avait pas beaucoup de sens. Nous n’avons eu que des obligations et des responsabilités qui majoritairement n’étaient pas les nôtres, tout au long de notre vie, faisant passer les besoins de nos parents systématiquement avant les nôtres. Nous répondions présents dès qu’ils en avaient besoin et souvent nous faisions ce qu’ils nous « demandaient » de faire pour éviter les confrontations ou parce que nous pensions que c’était bien pour eux, que cela les aidait. Bien sur nous nous trompions. Cela ne les a jamais aidé puisqu’ils sont dépendants de nous. C’est comme si c’étaient nous qui avions des enfants et non l’inverse.

Aussi loin qu’on se souvienne, nous n’avons éprouvé aucun plaisir à faire ces choses-là. Ce qui nous rendait heureux étaient le peu de choses que nous avions décidé de faire par nous-même pour nous-mêmes.
Quand nous osions nous rebeller ou faire différemment, l’enfer se déchaînait généralement. La culpabilité ressentie à ces moments-là envers les parents était un puissant outil pour nous manipuler.
« Tu ne m’as pas écouté ! Pourquoi tu n’as pas fait comme j’ai dit, abruti ! »
« Je te l’avais bien dit de faire comme ça. Tu devrais me faire confiance et faire exactement comme je te dis tout le temps et quel que soit le sujet. »
« voilà, j’en suis malade. Pourquoi je ne peux jamais compter sur toi ? »
« Tu n’as pas une petite place pour moi dans ton agenda de ministre ? J’ai besoin de toi. »
« Dès que je te demande un petit effort c’est comme si je te demandais la lune. N’es-tu pas capable de faire quelque chose pour moi après tout ce que j’ai fait pour toi ? »
« après tous les sacrifices que j’ai dû faire, c’est comme ça que tu me traites ! »
STOP, STop, stop. Nous n’avons jamais demandé à qui que ce soit de se sacrifier. Les enfants ne demandent pas de sacrifices aux parents. Ils leur demandent d’être là avec eux et pour eux.

« Tous les enfants sont égoïstes. Mais c’est ce pour quoi leurs parents doivent être présents. S’ils ne sont pas égoïstes dans leur propre famille où pourront-ils l’être ? Nulle part ! »

Nous avons gardé en nous pendant des années un sentiment de culpabilité exacerbé et un sens des responsabilités excessif.

Nous nous sommes souvent trouvés pris au piège d’un cercle vicieux qui nous faisait accepter des responsabilités pour tout, échouer inévitablement, nous sentir coupables et incapables, et réagir en redoublant d’efforts, pour un résultat tout aussi minable à nos yeux et à ceux de nos parents. Ce que nous faisions ne trouvait jamais grâce à leurs yeux. Notre frustration s’est accumulée au fil des ans jusqu’à imploser.

Il est clair qu’avec ce type d’éducation nous n’avions pas reçu le modèle pour apprendre à donner et à recevoir de l’affection, de la tendresse, de l’amour. La question que nous nous sommes souvent posée est : Qu’est-ce que nous devons attendre d’une relation amicale ? et d’une relation amoureuse ?

Nous n’avons pas de réponse à ces questions à ce jour. Nous sommes encore en pleins changements comportementaux. Nous travaillons à effacer nos blocages psychologiques et sortir de nos prisons. Cependant pour nous il est primordial d’accepter l’autre tel qu’il est. Sûrement à cause des rejets répétitifs de nos propres parents. Être accepté par l’autre ne veut pas dire ne pas changer / évoluer. Cela donne du courage, apporte la sérénité et la paix de l’esprit, nous fait gagner en confiance et maturité.

De l’enfant à l’adulte que nous sommes devenus, nous continuions à nous poser des questions sur les actions/réactions de nos parents comme :
« pourquoi tout ce que je fais est mal ? »
« pourquoi ne pouvez-vous me traiter en adulte ? »
« pourquoi agissez-vous comme si chacune des décisions que je prends seul(e) était une agression à votre égard ? »
« pourquoi ne m’aimez-vous pas ? »
« pourquoi ne m’acceptez-vous pas comme je suis devenu, si moi ça me va ? »
« pourquoi êtes-vous si intolérants à mon égard ? pourquoi me rejetez-vous ? »
En réalité, notre opinion n’a aucune valeur aux yeux de nos parents. Nos besoins, nos désirs n’ont pas la moindre importance pour eux.

En nous détruisant leur message est le suivant : « Tes sentiments ne sont pas importants. Je suis la seule / le seul qui compte. »

Et le pire pour nous fut que certains des parents ne se rendent même pas compte de cela. MAIS! ce n’est pas une excuse pour effacer le passé ni pardonner leur comportement.
Nos parents dominateurs ne supportent pas que leurs enfants aient leurs propres idées. Nous ne savons jamais quelle faute nous avons commise. Nous avons passé tout notre temps et toute notre énergie à trouver comment plaire à nos parents. Ce qui fut inutile et vain.
C’est comme courir dans une course où la ligne d’arrivée est systématiquement déplacée. Nous ne gagnons jamais.
Parents : « Lorsque tu auras le bac tu seras considéré comme un adulte. »
Arrivé au bac. « Lorsque tu auras 18 ans tu seras considéré comme un adulte »
Arrivé à la majorité légale. « Lorsque tu auras ton premier CDI… »
Arrivé en cdi après la période d’essai. « Lorsque tu paieras ta propre feuille d’impôts, … »
Première feuille d’impôts payée intégralement. « Lorsque tu auras ton chez toi, … »
Etc etc etc

Il est bon d’abandonner l’espoir que les parents dieux, dominateurs, manipulateurs changeront un jour. Préparez-vous à faire le deuil de vos rêves et espoirs de voir vos parents changer de comportement.

Si cela arrivait par le plus grand des miracles, sachez que c’est extrêmement rare.

C’est à nous, enfants de ces parents, de changer. Nous nous concentrons avant tout sur nos vies. Nous sommes devenus égoïstes avec notr etemps et notre énergie.

Parce qu’avant nous nous étions habitués à renoncer devant n’importe quelle situation de vie réelle, nous nous étions figés dans le temps et l’espace :
– faire toujours plus (côté perfectionniste)
– remettre à plus tard (procrastiner ; effet du perfectionnisme)
– et puis ne plus rien faire (paralysie totale, autre effet du perfectionnisme.)
A la fin, nous ne faisions véritablement plus rien de nos vies si ce n’est soutenir nos parents.
Nous vous conseillons le livre L’apprentissage de l’imperfection de Tal Ben-Shahar:


… Destruction de quelques vérités absolues apprises dans nos systèmes familiaux :
Nous : « je ne peux me fier à personne »
=> Vient de « toute ta vie tu ne pourras compter que sur moi, ton parent. Je suis le (la) seul(e) à vouloir ton bien. Les autres ne te diront jamais ce qu’ils pensent. Je suis le (la) seul(e) à me préoccuper de ton bien être. »

« Sur 50 personnes, si 1 seule vous trahit, ne passez pas votre vie à douter des 49 autres personnes. Même si ce sont des membres de votre famille. »
« Je n’ai pas besoin de faire confiance aux autres. Quoi qu’il arrive je sais pouvoir compter sur moi. C’est le plus important pour se relever de n’importe quelle situation. »

Nous : « je n’arriverai jamais à rien »
=> vient des mots des parents du style : « Tu es stupide. »/  « C’est une perte de temps. »/ « Ce n’est pas comme ça qu’il faut faire. Tu fais comme ça. »

Nous : « je ne vaux pas la peine qu’on s’occupe de moi. »
=> vient des mots des parents « Tu es ingrate. » / « je ne peux pas compter sur toi. Personne ne peut compter sur toi. » / « je ne peux pas te faire confiance. »

Nous : « je suis moche »
=> vient des mots de parents du style : « Tu es laide. / Tu es grosse / tu ne sais pas sourire. »…

Physiquement nous sommes comme nous sommes. Prenez soin de vous, faites un peu attention à ce que vous mangez, souriez, riez, et vous serez beaux.

Nous : « Personne ne m’aime. »
=> vient de tous les autres mots et des rejets continuels de nos parents.
Découvrez vos qualités, apprenez à vous aimer et à avoir confiance en vous, et vous trouverez des personnes qui vous aimeront. Rien que le changement de comportement amèneront les autres à vous apprécier davantage.
Etc.

Quelques exemples de règles familiales inexprimées qui tirent des fils invisibles pour nous manipuler et qui exigent une obéissance aveugle de notre part :
« Ne réussis pas mieux que nous. »
« Ne soit pas plus heureuse que ta mère/ton père. »
« Ne mène pas ta propre existence. »
« N’arrête jamais d’avoir besoin de moi »
« Ne m’abandonne pas »
« Ne te fie qu’à moi »
« Supporte la douleur. T’es une chochotte. »
« Les affaires de famille doivent rester en famille. Tu ne dois pas en parler aux autres. »

Nous avons tendance à suivre les règles familiales parce que désobéir équivaut pour nous, comme pour tout enfant, à trahir la famille.

Dans cet état, nos sentiments, nos comportements et nos décisions ne nous appartiennent plus. C’est comme si être différent était mal. C’est comme si exister était interdit. Tout ce que nous avions le droit de faire était de respirer. Et encore, pas trop bruyamment.

L’absence de choix est directement liée à la relation fusionnelle. C’est la clef pour verrouiller un enfant de l’intérieur.

Pourtant nous n’étions en rien responsables des choix de vie de nos parents, de leurs sentiments ou de leurs humeurs à l’époque.
Nous avons eu 2 sortes de réactions avec les parents manipulateurs/dominateurs/perfectionnistes :
1. Céder continuellement aux exigences/ demandes des parents afin de les calmer et de ne pas les blesser.
2. faire tout le contraire, hurler contre eux, les menacer, etc…
Or, comme nous l’avons dit, toute réaction émotionnelle forte contre eux, signifie leur accorder le pouvoir de nous contrôler.

Continuons…
Voici quelques exemples de nos propres croyances fausses sur nos relations avec nos parents :
« C’est à moi de rendre mes parents heureux. »
« C’est à moi de rendre mes parents fiers. »
« Je suis tout pour mes parents »
« Mes parents ne pourraient pas survivre sans moi. »
« Si je tenais tête à mes parents, je les perdrais pour toujours. »
« Si je leur disais combien ils m’ont fait souffrir, ils diraient que je me trompe sur les événements, que je n’ai rien compris ».
« Les sentiments de mes parents sont plus importants que les miens. »
« Ce n’est pas la peine de parler avec mes parents, parce que cela ne nous avancerait à rien si ce n’est des crises de nerfs des 2 côtés. »
« Si seulement mes parents changeaient, je me sentirais mieux dans ma peau. »
« Il faut que je me rachète auprès de mes parents pour ma méchanceté, mon égoïsme et égocentrisme. »
« Si seulement je pouvais leur faire comprendre combien ils me font mal, je sais qu’ils agiraient différemment. »
« Quoi qu’ils aient pu faire ils sont toujours mes parents et je dois les honorer. »
« Mes parents n’ont aucun contrôle sur mon existence. Je me bats sans cesse contre eux. »
Il faut se réveiller. Oui cela fait mal de l’admettre. Oui nous avons tous pleuré. Et non, nous ne pouvons pas demander de l’aide à ces parents.

La dernière phrase est la plus difficile à admettre, car nous restons enchaînés malgré tout. Se battre contre eux c’est se laisser faire.

Essayer de changer les parents ?
Nous luttons de toutes les façons possibles afin qu’ils deviennent affectueux et nous acceptent. Cette lutte épuise notre énergie et remplit nos jours d’agitation et de souffrance et nos nuits de cauchemars.

Cette lutte est pourtant vaine tellement c’est ancré en eux. Tellement ils sont persuadés d’avoir raison.

Nous avons donc établi l’axiome suivant : « Nos parents ne changeront pas malgré tous nos efforts et toute notre volonté. »

Nous avons effacé nos culpabilités qui n’ont pas lieu d’exister et nous avons abandonné ces croyances et nos règles familiales et nous avons osé exister. Nous sommes des êtres humains qui méritons de vivre, d’être respectés (tais-toi la voix qui dit le contraire), d’être aimés (dégage la voix qui s’oppose à ma volonté), qui avons nos propres goûts (j’aime le jaune, le rouge, le rose. Et j’en suis fière parce que ce sont mes goûts et que j’en ai le droit.), nos rêves (à réaliser absolument. Nous avons trop et trop longtemps « dormi ».) et nos propres objectifs dans la vie (ferme-là la voix qui dit le contraire. Tu n’as plus voix au chapitre).

D’ailleurs, comment s’aider à maîtriser cette voix en nous qui nous démolit et qui est la réplique même de la voix de nos parents ?

Certains sont partis en thérapie, d’autres ont décidé de ne pas maîtriser cette voix mais de la transformer et se sont rendus compte qu’en guérissant intérieurement, cette voix disparaissait d’elle-même. D’autres n’ont pas eu le courage encore de se lancer. En effet, seul c’est difficile. Il semble qu’être bien accompagné facilite l’épreuve.
Nous sommes tous bien entourés maintenant. Vous vous rendrez compte qu’autour de vous, vous pouvez avoir les appuis nécessaires à reprendre votre vie en main et à en faire ce que vous souhaitez. Courage !

Quand nous ignorons nos besoins et nos désirs pour le bien des sentiments de notre mère ou notre père, nous agissons à l’encontre de nos intérêts et de leurs intérêts.
Notre colère et notre ressentiment auront forcément des conséquences sur nos relations. Tant que leurs sentiments passeront toujours en premier, ils seront aux commandes de notre vie et nous empêcheront de nous sentir un véritable adulte. La frustration augmentant, la colère augmente également et ça explose ou implose.
Nos comportements agressifs sont toujours un signe de fusion, à cause de l’intensité de nos sentiments, à cause du caractère répétitif et prévisible de nos réactions et à cause du fait que notre comportement n’est pas choisi librement, mais plutôt déterminé par notre besoin de prouver notre indépendance par la défensive.

La colère est chargée d’émotions dérangeantes. Quand nous la refoulons, nous risquons de devenir déprimés ou agressifs. La colère refoulée est imprévisible, elle peut exploser à tout moment. Et quand cela arrive, c’est de façon incontrôlable.
Exemple de nos différents comportements par rapport à la colère :

  • Nous l’enterrons et devenons malades ou déprimés
  • Nous la détournons et la transformons en souffrance ou calvaire
  • Nous la tuons dans l’alcool, la drogue, la nourriture et/ou le sexe
  • Nous explosons à chaque occasion en laissant la colère faire de nous une personne tendue, frustrée, suspicieuse, agressive et qui finira de toutes manière seule.

Extrait : « La colère est une émotion humaine qui nous alerte que quelque chose doit changer dans nos vies, parce que peut-être nos droits sont foulés aux pieds, on nous insulte, on se sert de nous et/ou nos besoins sont négligés. »

Quelques exemples de nos ressentis face à nos parents :
« Je me sens coupable lorsque je fais quelque chose qui les contrarie. »
« Je me sens coupable quand je vais à l’encontre de leurs conseils. »
« Je me sens coupable quand je me mets en colère contre eux. »
« Je me sens coupable quand je refuse de faire ce qu’ils demandent. »
« J’ai peur quand mes parents crient contre moi. »
« Je suis terrifiée à l’idée de blesser mes parents. »
« J’ai peur quand je suis furieux contre mes parents »
« J’ai peur quand je leur dis quelque chose qu’ils ne voudraient pas entendre »
« J’ai peur quand je ne suis pas d’accord avec eux. »
« J’ai peur quand j’essaie de leur tenir tête. »
« Je me sens triste quand mes parents sont malheureux. »
« Je me sens triste quand je n’arrive pas à améliorer leur existence, alors que certaines de mes idées pourraient les aider. »
« Je me sens triste quand ils me montrent à quel point ils me haïssent »
« Je me sens triste quand je fais de la peine à mes parents. »
« Je me sens furieux quand mes parents me critiquent, surtout quand ils le font sans raison. »
« Je suis furieux quand mes parents essaient de me contrôler »
« Je suis furieux quand mes parents me disent comment vivre ma vie »
« Je suis furieux quand ils me disent ce que je dois penser/ressentir, comment me comporter, ce que je dois faire et ne pas faire, comment m’habiller, comment dépenser l’argent que j’ai gagné. »
« Je suis furieux quand ils me rejettent sans raison et me considèrent comme leur ennemi »

Quelques exemples de nos comportements de soumission :
« Je cède souvent à mes parents quels que soient mes sentiments. »
« Il m’arrive souvent de ne rien leur dire de ce que je ressens ou de ce que je pense »
« J’agis comme eux, comme si tout allait bien entre nous, même si ce n’est pas/plus le cas. »
« J’essaie de toutes mes forces de les changer »
« J’essaie de toutes mes forces de leur faire voir et comprendre mon point de vue. »

Quelques exemples de nos comportements agressifs :
« Je me dispute souvent avec mes parents pour leur prouver que j’ai raison. »
« Souvent je crie, je hurle pour me rebeller et/ou me faire entendre par mes parents. »
« J’ai vidé mon sac et j’ai fait sortir mes parents de ma vie » => problème : ils existent toujours dans la tête.

La plupart des enfants de parents maltraitants deviennent très tolérants aux mauvais traitements et savent encaisser et prendre sur eux les agressions qu’ils subissent y compris de personnes étrangères à leur famille.

Nous avons fait une liste de ce que nous avons perdu émotionnellement depuis l’enfance :

  • Perte de bons sentiments à notre égard
  • Perte du sentiment de sécurité
  • Perte de la confiance
  • Perte de la joie
  • Perte des parents respectueux et affectueux
  • Perte de l’enfance
  • Perte de l’innocence
  • Perte de l’amour

Les psychologues nous ont conseillé de faire notre deuil. C’est important pour devenir enfin adultes émotionnellement.
Ces pertes nous les avons ressenties au quotidien. Souvent nous les ignorions voire les supprimions. Pourtant elles nous ont affecté tout le temps.

Cependant, le chagrin a un début, un milieu et une fin. Le processus de deuil provoque choc, colère, incrédulité. Pendant notre deuil nous avons eu l’impression de ne jamais pouvoir nous arrêter de pleurer. Nous avons ressenti beaucoup de honte. Mais les jours passant les larmes se sont taries et la honte s’est envolée. Nous avons le droit de pleurer sur ce que nous avons perdu.

Lynda et Magtebmeiji : « J’enterre ici à jamais mes rêves de famille idéale. Je dépose à jamais mes espoirs et désirs envers mes parents. J’enterre mes rêves sur ce que j’aurais pu faire enfant et adolescent pour les aider et les changer. J’enterre ici tout ce que je pense pouvoir faire pour eux aujourd’hui afin qu’ils soient heureux eux-aussi. J’enterre ici mes rêves de confiance partagée et d’échanges rêvés avec mes parents.
Je sais que jamais je n’aurais de relation comme je le désire avec eux et je pleure cette perte.
Et je l’accepte.
Que mes rêves concernant mes parents reposent en paix. »

Pleurer la perte d’une enfance heureuse n’a rien à voir avec le fait de s’apitoyer sur son sort. Les gens bloqués dans leurs pleurnicheries restent à attendre que quelqu’un d’autre les sorte de là et décide de leur vie. Ils évitent les responsabilités personnelles.

« Le chagrin est actif. Pas passif. » Pendant l’évacuation du chagrin et de la colère, nous avons fait tout notre possible pour nous occuper de manière agréable et faire des activités qui nous plaisent tout en tenant nos parents éloignés pendant le processus.

Magtebmeiji : Est-ce que tu sais que tu n’es pas obligé de répondre au téléphone quand quelqu’un t’appelle ?
Thomas O_o : … Je n’y avais jamais pensé.

Eh oui ! Le réflexe de répondre toujours présent est une plaie de nos jours. Le téléphone peut rester éteint ou loin de nos doigts surtout lorsque nous avons d’autres préoccupations ou d’autres activités. Beaucoup de gens ont le réflexe de répondre immédiatement, mais parfois… laisser un peu de temps passer apporte beaucoup, beaucoup de sérénité.

Nous nous sentons plus sereins et calmes depuis que nous avons accepté le fait que nous ne sommes pas responsables des pertes que nous avons pleuré.

Remettre la responsabilité à sa véritable place ne nous autorise pas à excuser nos propres comportements destructeurs et ne signifie nullement nous délivrer, nous adultes de nos responsabilités.

Notre responsabilité est de jeter un regard honnête sur nos relations avec nos parents, affronter la vérité sur notre enfance, adolescence et trouver le courage de reconnaître le lien entre les événements de notre enfance et ceux de notre vie d’adulte. Nous avons le devoir de trouver et rassembler notre courage d’exprimer nos véritables sentiments, d’affronter et de réduire l’autorité que nos parents exercent sur nous ainsi que de réduire à néant le contrôle qu’ils exercent sur notre vie.

C’est notre responsabilité de changer notre comportement lorsque nous sommes blessants, critiques ou manipulateurs. C’est à nous de demander pardon à ceux que nous avons blessé.

Suite

Les comportements parentaux et nous

Les comportements parentaux et nous

Se remettre en question est difficile. Remettre en question des dizaines d’années voire toute une vie, c’est périlleux, quel que soit l’âge et la personne concernée. Notre groupe est composé de personnes qui se sont entièrement effondrées. Oui, nous avions tous envisagé de nous suicider, comme dit en introduction, et certains étaient prêts à le faire très vite. Qu’est-ce qui a fait que nous nous sommes accrochés et que nous sommes aujourd’hui encore en vie ? Notre volonté. Et le fait que nous étions ensemble nous a beaucoup aidé, car nous nous sentions très seuls devant notre souffrance et la montagne de problèmes que nous croyions avoir.

Tôt ou tard nous allons mourir de toute façon. A quoi aura servi de vivre une vie remplie de tristesses, de larmes, de peurs et de douleurs pour juste mourir comme ça ? A rien. La vie est un cadeau que beaucoup d’êtres humains transforment par égocentrisme en enfer.

Notre but est de sortir de cet Enfer et de remplir nos vies vides de sens. Nous avons suffisamment passé de temps dans les ténèbres à supporter tout et n’importe quoi.

N’ayant plus rien à perdre, nous avons voulu prendre le risque de tout changer pour nous retrouver nous-mêmes et créer enfin quelque chose, de manière complètement égoïste, rien que pour nous.
Au final, cela ne dépend que de nous.

La prise de conscience de nos situations fut difficile. La plupart d’entre nous avons été conditionnés dès l’enfance. C’est surtout le manque de compréhension entre nos parents et nous, leur injustice à notre égard et leur volonté à effacer notre personnalité car différente de la leur qui ont été nos déclencheurs.

Extrait : « Depuis l’apprentissage de la propreté jusqu’à l’adolescence, ces parents ont tendance à considérer la révolte ou même les différences individuelles comme une attaque personnelle. Ils se défendent en renforçant l’incapacité et la dépendance de leur enfant. Ils sapent le développement inconsciemment, souvent persuadés qu’ils agissent au mieux des intérêts de leur enfant. »

Voici quelques exemples de phrases de nos parents entendues en boucle, même à l’âge adulte, comme pour se persuader eux-mêmes de la justesse de leurs actions ou de leurs choix :

« Je ne dis cela que pour ton bien. »

« Le monde est sans pitié et nous t’apprenons à l’affronter. »

« Je préfère être blessé à ta place. »

« C’est pour te protéger. »

« Cela forge le caractère. »

« Puisque les choses fonctionnent comme ça, c’est comme ça qu’il faut faire. »

« Tu n’as pas à discuter. C’est comme ça et pas autrement. »

« Tais toi, tu ne sais pas parler. / Tu parles pour ne rien dire. »

« Oh tu fais ça ? Tu perds ton temps. / Jamais tu n’y arriveras. »

« Tu ne sais pas rire. / Tu ne sais pas sourire »

« Ton sourire est moche. On voit toutes tes dents »

« Tu ne sais pas faire ! »

Ce type de phrases porte le masque de l’éducation et des bons conseils.

Il est difficile pour un adulte de reconnaître son propre caractère destructeur. Et lorsqu’il est souligné par les autres (amis, famille ou inconnus), ces adultes se sentent rejetés, incompris voire ratés. Mais de toute façon ce sera la faute des autres et pas la leur.

Dans nos cas les parents affichent à l’extérieur un énorme complexe de supériorité alors qu’en réalité ils ont un énorme complexe d’infériorité.

L’acceptation des reproches parentaux est un moyen de survie pour les enfants et elle devient le cœur de nos propres comportements autodestructeurs.

Nos parents établissent des règles, rendent des jugements et font mal, quel que soit notre âge.

Nos parents semblent compréhensifs (« Je suis de tout coeur avec toi », « Tu as tout à fait raison », « C’est bien ce que tu as décidé »…), mais ils ne le sont pas. Par cycle de temps allant de quelques jours à 1-2 ans, nous nous sommes rendus compte qu’ils vont sembler nous soutenir, aller dans notre sens, puis nous rabaisser pour casser notre confiance en nous pour enfin nous donner des ordres que nous devons suivre à la lettre sinon… explosion de colère, rage, reproches s’en suivent généralement pour nous faire culpabiliser.

Nous reviendrons plus loin sur la culpabilité. Elle joue un rôle très important dans la manipulation humaine.

C’est la crainte de ne plus être nécessaire qui effraie beaucoup nos parents et les pousse à perpétuer chez nous, enfants, le sentiment d’impuissance et d’incapacité. Il est impératif que même adulte, l’enfant ait besoin de sa mère ou son père ou les 2. Si cela s’arrête ils ne trouvent plus de raison de vivre. Or c’est faux. Ils ont une raison de vivre. C’est juste qu’ils ne la voient pas ou qu’ils ne veulent pas la chercher.

Au cours de nos thérapies nous avons appris qu’en plus de la protection matérielle et physique, les parents doivent également protéger leurs enfants de tout dommage émotionnel. Or nos parents ont échoué ici. Chez nous, les blessures émotionnelles sont nombreuses et profondes.

Les blessures émotionnelles ne guérissent jamais. Nous apprenons à vivre avec sans nous détruire et sans détruire les autres.

Nos parents ont exigé de nous de prendre soin de leurs besoins à eux, d’assumer leurs choix de vie à leur place, de vivre comme ils auraient voulu vivre eux et / ou de vivre à leur image, sans se préoccuper de ce que nous pouvions ressentir ni de ce que nous ressentons aujourd’hui.

Extrait : « Un des types les plus courants de parents dominateurs et manipulateurs est le « bon Samaritain. » 

La manipulation met les gens au pied du mur : pour la combattre, il leur faut faire de la peine à quelqu’un dont le seul tort est de vouloir être « gentil ». Pour la plupart des gens il est plus facile de céder.
Nous avons remarqué avoir 2 réactions face à ce genre de comportement : capituler ou nous révolter. Et dans les 2 cas nous avons tort car nous jouons leurs « jeux ».

Nos parents ont une conduite provoquée par une profonde insatisfaction et par la crainte d’être abandonnés et d’avoir eu tort toute leur vie. Il leur est impossible de reconnaître qu’ils se sont trompés pendant tant d’années. Donc aussi longtemps qu’ils réussissent à nous donner le sentiment que nous restons un enfant, ils peuvent conserver leur contrôle sur nous.

Dans le cas des personnes comme nous, la séparation parents/enfants est retardée pendant des années, voire pour toujours. Elle ne peut avoir lieu que lorsque les changements permettant de récupérer la maîtrise de notre propre vie sont effectués… ou quand les parents décèdent. Et nous, nous avons décidé de ne pas attendre leur mort.

Nos blessures émotionnelles sont longues à guérir parce que certains parents abusent en lançant des attaques répétitives contre notre aspect physique, contre nos capacités intellectuelles, nos compétences ou notre valeur en tant qu’être humain. Quelques exemples de mots des parents qui deviennent nos maux à nous :
« Tu es stupide ».
« Tu pues. / Tu es laide. »
« Tu n’as aucun goût. Tu ne sais pas t’habiller ».
« Tu ne sais pas sourire/rire/parler/te tenir. Quelle honte !»
« Tu ne sais décidément rien faire. »
« Ce n’est pas pour moi que tu le fais. » (force à répondre non alors que la réponse est oui)
« Cela ne sert à rien de t’apprendre. . . »
« T’as vu ton ventre / tes fesses / tes cuisses ? Elles sont énormes ! Tu es grosse. »
« Tu ne comprends rien. Tu interprètes mal les situations. »
« Tu es égoïste. Ne peux-tu pas penser un peu à moi ? »
Pour les parents comme les nôtres, nous, enfants-adultes, sommes devenus une menace. Et ne vous attendez pas à ce qu’ils le reconnaissent. Ils en sont incapables.

Quoi que nos parents possèdent, ils continuent de vivre dans la peur de ne pas avoir assez (assez d’argent, assez d’amour, assez de beauté, etc…). Cette rivalité fait peser sur nous une pression énorme depuis l’enfance, voire l’adolescence.

Extrait : « Pendant de nombreuses années je n’ai pas fait grand-chose, laissant tomber même ce que j’aimais vraiment, parce que j’avais peur. Adulte je continuais à entendre sa voix qui me démolissait. Elle me donnait l’impression d’être une ratée. Ça me faisait si mal. »

Leur programme secret est de faire en sorte que leur enfant ne puisse jamais les surpasser.
« Nous avons tous nos limites, et la tienne c’est moi »
Ils ont énormément peur que nous réussissons mieux dans le travail, dans les relations sociales, dans l’amour… Il faut absolument nous tenir en laisse pour ne pas nous échapper et vivre ce qu’ils osaient à peine rêver.

Attention aux conseils de type « tu devrais », « il faudrait », « il vaut mieux ». Souvent ils se transforment en conseils dits toxiques ou comme nous les appelons, en ordres à suivre à la lettre sous peine de lavages de cerveau quotidien.

Définition d’un lavage de cerveau : quel que soit le moyen (face à face, téléphone, mail), quel que soit l’endroit, le parent se lance dans l’exposé de son idée et le répète en boucle dès qu’il peut. Vous vous sentez sans énergie et avec une seule envie : dire oui/d’accord/ok pour que ça s’arrête.

Nos parents croient qu’il n’y a que 2 façons de faire les choses : comme eux ou mal.

Ils s’opposent à toute réalité extérieure remettant en cause leurs opinions. Plutôt que de changer, ils cultivent en eux une vision déformée de la réalité qui va dans leur sens. Tout doit d’ailleurs aller dans leur sens.

« La confrontation avec les parents dieux est le chemin vers l’indépendance. » C’est en effet le moment critique dans le voyage vers l’autonomie. Le but est de vaincre une fois pour toutes notre peur de leur faire face en étant nous mêmes, de dire la vérité notamment sur nos ressentis (« Aie ! Tu fais mal là ! ») et de déterminer le type de relations que nous pouvons avoir avec eux désormais.

Souvent les parents nient, clament qu’ils ont oublié, que cela n’a jamais existé, que nous avons mal compris les choses et les situations. Ils rejettent la responsabilité sur leur entourage ou sur nous et se mettent en colère. Vous devez vous attendre à une réponse négative, voire explosive.

Attention aux parents manipulateurs : certains sont très forts pour aller dans notre sens lors de la confrontation et reconnaître leurs torts, mais peu de temps après (2 à 3 mois en moyenne) quand ils pensent que nous avons tourné la page ou oublié, ils remettent les chaînes et ont à nouveau le même comportement.

Partez du principe que les parents ne changent pas aussi vite ni aussi facilement surtout après tant d’années de comportement cyclique avec nous.

Tant que les émotions sont trop fortes, il faut éviter les face à face avec les parents, car notre point de vue et notre jugement sont alors obscurcis.
Certaines d’entre nous l’ont fait trop tôt. Il en a résulté des crises d’une rare intensité avec des discours incohérents de notre part. Trouver le bon moment est essentiel.

Nous, nous ne regrettons pas de l’avoir fait. Cela nous a donné le courage d’admettre et d’accepter que nos parents ne changeront jamais quoi que nous fassions. Nous les avons confrontés en direct une seconde fois ou par lettre interposée.
De cette façon nous avons récupéré en grande partie nos vies, nos sentiments et notre énergie, tout en gardant un contact superficiel avec eux.

L’important pour nous n’était plus notre relation avec nos parents.

Lorsque nous laissons nos réactions émotionnelles devenir automatiques, nous renonçons à tout contrôler, nous servons nos sentiments à autrui sur un plateau d’argent. Cela donne aux autres un pouvoir considérable sur nous.

Nous avons pris conscience de notre comportement défensif et avons arrêté d’essayer de « leur faire voir ». Inconsciemment ou non, tant que nous cherchons l’approbation de nos parents ou des autres, nous continuons à être contrôlés.
Le but est de dépassionner autant que possible le dialogue.

Le comportement non défensif s’apprend et se pratique d’abord avec les autres, ensuite avec ses parents.
« oh. Je vois »
« ton point de vue est intéressant. / C’est intéressant »
« Vous avez tout à fait le droit d’être de cet avis »
« Je ne suis pas d’accord. »
« Laissez-moi réfléchir à cela. »
« Reparlons de cela quand vous ne serez pas aussi contrariés. »
« Les insultes et les cris ne nous mèneront nulle part. Et je n’accepte pas vos insultes. »
« Voilà un bon exemple de raisons pour lesquelles . . . »
« Tu n’as pas besoin de me parler de cette façon. »
« Nous continuerons une autre fois quand tu seras plus calme. »
Par la suite d’autres phrases vous viendront à l’esprit de plus en plus facilement lors de vos conversations avec vos parents.

A partir du moment où nous commençons à discuter, à nous excuser, à expliquer, à essayer de faire changer d’avis l’interlocuteur, nous les laissons nous manipuler.
En utilisant les réponses non défensives nous ne demandons rien à personne. Nous ne pouvons ni être repoussés ni être blessés.

Faites attention au syndrome de « Tout sauf ça »
Il faut être suffisamment fort pour supporter que nos parents nous repoussent, qu’ils nient, qu’ils nous accusent, qu’ils se mettent en colère, nous critiquent… Mais il ne faut pas non plus retarder la confrontation indéfiniment.
Tout au long du chemin nous avons dû nous souvenir que nous faisons tout cela pour nous.
La confrontation reste un succès quel que soit le résultat, pour la simple raison que nous avons eu raison de l’entreprendre et qu’il nous a fallu du courage pour le faire.
En réalité l’angoisse diminue, voire pour certains s’efface, après le premier face à face.
L’anticipation de la confrontation est toujours pire que la confrontation elle-même. Et de toutes manières cela ne se passe jamais comme nous l’avions imaginé. Parfois c’est mieux, parfois c’est pire.

Cette discussion peut se faire face à face ou par lettre. Par téléphone, il est trop facile pour nos parents de raccrocher ou pour nous de fuir à nouveau. Par lettre, soyez conscients qu’ils ne liront pas tout et/ou qu’ils ne comprendront rien. Nous vous conseillons le face à face. Pour nous, il a effacé nos peurs et nous a rempli de courage et d’énergie.

Quand débuter la confrontation ? Quand vous vous sentez prêt ou demandez au psy de vous donner le feu vert. Il est vraiment mauvais pour nous de repousser éternellement la confrontation.
Magtebmeiji est la seule à avoir fait la confrontation toute seule et assez vite. Quant à nous, nous avons préféré nous remettre entre les mains du psychologue.
Certains d’entre nous ont vidé entièrement leurs sacs devant leurs parents sans aucun résultat positif. Et ces parents font encore partie de leurs vies.
Mais malgré tout l’amour que nous avons pour eux, cet amour n’existe pas pour qu’ils nous manipulent au gré de leurs émotions et de leurs désirs/envies.

2 ans après avoir pris conscience de l’état de nos vies, nous avons tous dépassé ce stade.
Nos parents ont tous ressenti nos paroles comme des agressions personnelles voire perfides.
Bouh ! Mauvais enfants qui manquent de reconnaissance !
Nous avons réussi à ne pas couper les ponts avec eux malgré tout. Nous avons changé nos comportements et nos relations existeront tant qu’elles ne menaceront pas nos vies. Nos relations sont peut-être superflues, mais nous restons des enfants qui aiment leurs parents malgré tout.
Néanmoins, nous sommes tous prêts à arrêter nos relations avec nos parents si cela s’avère nécessaire. En effet, nous n’oublions pas ce que nous avons vécu et ressenti tout au long de ces années.
Parce qu’en fait nous avons vraiment eu le sentiment d’avoir été trahis par les nôtres avec leurs mensonges redondants.

 

Suite

Enfants de parents dieux – Introduction

A nous enfants de parents dieux, manipulateurs, dominateurs

A nous enfants-adultes remplis de colères

A nous adultes et à notre avenir

Le monde est cruel, le monde est une jungle dans laquelle l’homme est un loup pour l’homme. Nous l’avons appris dès notre plus jeune âge, au sein même de nos familles, sans nous en rendre compte.

« si je devais choisir entre des violences physiques ou des violences verbales, je préférerais être battu sans hésiter. Les marques sont visibles. Or tout ce qui est dit, ça vous rend fou. Les blessures sont invisibles et personne ne s’en occupe. De vrais bleus guérissent plus vite que les traces des insultes. »

Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous travaillons à changer notre présent et notre avenir. Nos changements comportementaux sont faits avant tout pour nous.

Cet article s’adresse aux enfants devenus adultes émotionnellement handicapés.

Si vous pensez comme nous au sujet de vos parents, vous pouvez être concernés :

« c’est comme s’il avait pris ma vie en main. »

« Ils m’étouffent avec leurs bonnes intentions ».

« Elle est sans cesse à me critiquer et à vouloir me dire comment vivre ma vie, voire à décider à ma place, depuis toujours. Si elle pouvait respirer pour moi, elle le ferait. »

« Elle est toujours à répéter ses conseils sans fin. J’ai fini par me demander si elle cherchait à me persuader ou à se persuader que ce qu’elle avait décidé était bien. »

« C’est comme si nous n’avions pas le droit d’exister. Habille toi comme ceci, mange cela, va là, fais ceci…»

etc..

Si vous avez entendu ce type de phrases, vous êtes concernés :

« Ne dis rien aux autres sur ce qui se passe à la maison. Tu ne dois pas parler aux autres de tes problèmes. »

« Quand tu parles avec les autres, fais comme si je n’existais pas. Tu ne dis rien sur moi ni sur ce que tu fais avec moi. »

Nous tenons à nos parents, mais aujourd’hui ce n’est plus au prix de nos vies.

Nous tenons à les remercier pour tous les efforts qu’ils ont fait pour nous élever et pour leur protection tant bien matérielle que physique. Nous sommes parfaitement conscients qu’il existe des parents qui sont pires que les nôtres. Cela ne nous console pas et il n’en reste pas moins qu’aujourd’hui nous voulons prendre nos vies en main entièrement et pour cela, devenir autonomes émotionnellement. Nos décisions sont nôtres, notre temps est nôtre, notre énergie est nôtre, nos réflexions sont nôtres.

Nous avons toujours pris nos responsabilités sans rien leur demander. Nous sommes nous et personne d’autre, avec nos personnalités, nos propres angoisses, nos propres tristesses, nos propres joies, nos propres buts et par dessus tout nos propres goûts.

Nous sommes 7 hommes et femmes qui nous sommes rencontrés au bord du gouffre, complètement épuisés, malades, en colère, brisés en mille morceaux. Un suicide collectif ? Nous y avons pensé sérieusement. Même seuls en fait. Mais voilà, le suicide est à nos yeux soit un crime, soit pour les faibles, soit les 2 à la fois. Nous avons refusé de baisser les bras. La vie vaut la peine d’être vécue. Mourir est si facile !

Baisser les bras est si facile ! Nous, nous avons décidé de nous relever et de vivre.

Il y a eu des crises de larmes, des peines, des douleurs atroces, des maladies graves ; il y a eu des crises de nerfs, des doutes, des peurs. Nous avons dépassé toutes nos limites.

Il nous a fallu rassembler tout notre courage pour affronter notre passé et notre présent, pour nous faire face et pour faire face à nos parents. Nos âges vont de 26 ans à 57 ans. Et quel que soit notre âge, nous en avions assez de notre vie telle qu’elle était.

Et c’est normal avec notre histoire. Et c’est compatible avec nos caractères qui ont été façonnés à l’image des parents depuis l’enfance. Parce que nous trouvions cela normal, nous avons accepté tout jusqu’au bout.

Or, nous avons appris que ce que nous avons vécu et ce que nous vivions il y a encore 3 ans, n’est pas normal.

Finalement, nous avons traversé le plus gros de l’épreuve tous ensemble et nous avons pensé écrire cet article pour tous les adultes-enfants qui nous ressemblent.

Vous aurez peur. Vous devrez accepter vos responsabilités et celles de vos parents. Vous devrez accepter une réalité qui fait souffrir d’abord. En chemin vous douterez de vos choix, vous vous demanderez « A quoi bon si tard ? »; nous vous répondons que vous le faites pour vous, pour vivre heureux, pour réaliser vos projets, vos rêves, pour être avec les autres ; pour être capables d’aimer et d’être aimés sans faire vivre à votre entourage l’enfer que vous avez connu.

Le conseil que nous avons entendu le plus souvent fut de « couper les ponts ». En fait, l’indépendance émotionnelle n’implique pas que nous nous séparions de nos parents. Nous pouvons être nous-mêmes et laisser nos parents être eux-mêmes. Ce ne sera ni facile ni évident au début. Cela prendra du temps, mais c’est tout à fait réalisable. Nous en sommes les preuves vivantes.

Si nos parents n’aiment pas ce que nous faisons, ce que nous pensons ou comment nous sommes, il y aura toujours une limite dans nos relations avec eux. Et même si certaines de nos croyances sont identiques à celles de nos parents ou si notre comportement remporte leur approbation, il est essentiel de faire nos propres choix et de nous sentir libres d’être ou non d’accord avec eux.

Par ailleurs, il est important de prendre conscience que les parents sont autant responsables de ce qu’ils ont fait que de ce qu’ils n’ont pas fait.

En apprenant davantage sur leur passé et leur vécu, nous avons fini par comprendre que nos parents n’étaient pas capables de faire face à leurs propres difficultés et pour la majorité d’entre nous, nous en avons ressenti de la compassion.

Cependant spéculer sur les intentions des parents est une perte de temps et d’énergie. Leur en vouloir et les haïr aussi. Ces sentiments nous épuisent davantage et nous détruisent. Ils n’apportent rien de bon. Nous avons tous éprouvé de la colère envers eux sans aucun résultat positif pour nous. Or, si nous écrivons ceci, c’est parce que nous voulons changer nos vies et vivre et non pas nous figer dans le temps.

« Que pouvons-nous faire ici et maintenant ? pour nous ? pour changer »

Thomas: “j’aspire à autre chose qu’appeler tous les jours mon père et passer tout mon temps libre avec lui.”

Michael: “j’en ai marre de passer tout mon temps au téléphone avec ma mère et d’être sa boîte à outils pour résoudre ses problèmes.”

Lynda: “je veux voyager sans mes parents pendant mes vacances et rencontrer du monde.”

Fleur: “dès que je veux faire quelque chose, ma mère doit valider. Du coup je ne fais plus rien. Ça m’énerve.”

Jusqu’en 2016, nous n’avons pas osé être nous-même, dire à voix haute nos opinions, exister pour nous. Nous étions terrifiés à l’idée de passer pour des monstres ou à celle de perdre nos parents. Mais un jour ils ont dépassé les bornes, au delà du supportable et nous avons craqué. Certains d’entre nous, en larmes, sont allés chercher un psychologue. Après plusieurs différentes consultations pendant lesquelles nous avons parlé de choses qui n’avaient rien à voir avec notre souffrance personnelle, nous avons trouvé celui ou celle qui correspondait à chacun d’entre nous. Et depuis, ces séances nous ont été d’une très grande aide pour nous reconstruire, pour nous comprendre, pour comprendre et accepter nos parents tels qu’ils sont et faire les premiers pas vers notre nouvelle vie.

Gardez bien à l’esprit que nos parents ne sont pas des monstres. Ils ont juste des failles plus grandes et des défauts plus grands que les autres parents.

Nous conseillons à tous ceux qui désirent vivre autre chose que cette vie remplie de souffrances et de sacrifices inutiles, à tous ceux qui désirent arrêter de culpabiliser et être heureux et vivre en paix dans leur tête, de faire appel à un psychologue ou à un « coach de vie » pour les aider à devenir autonomes émotionnellement. C’est l’élément le plus vital.

Même si cela coûte de l’argent, une aide extérieure est nécessaire lorsque nous vivons depuis tellement longtemps dans les ténèbres, écoutant sans fin le même refrain.

Nous avons également lu, relu et re relu ces 2 livres, qui ont été d’un grand secours pour prendre conscience de ce qui se passait en nous, autour de nous et pour évoluer dans le sens que nous désirons :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez vous lancer seuls, mais si le courage vous manque, prenez la main de quelqu’un et allez-y ensemble. A plusieurs nous sommes plus forts pour gérer nos peurs et les affronter.

N’hésitez pas à faire également appel au soutien moral de vos amis pour vous aider à traverser ces épreuves. Vous êtes bien entourés si vous ouvrez les yeux et votre cœur meurtri.

ATTENTION : Un ami ne remplace ni un psychologue ni un psychiatre. Et un ami a sa propre vie. Il a le droit de ne pas répondre présent immédiatement et à tout moment.

Nous vous souhaitons beaucoup de courage à tous.

Et une bonne lecture

Partie 1
Partie 2
Conclusion

IDF – Le forfait anti-pollution et moi

Tout le monde en ile de france a entendu parler du forfait pic anti pollution bien sur. Tout le monde? Pas vraiment. En fait en matière de communication, la RATP et la SNCF n’ont pas pipé mot ce vendredi 23/02/2018 au matin. C’est le soir que certains voyageurs ont eu le déplaisir d’en prendre connaissance et d’autres l’ont appris le lendemain.

J’espère que vous avez gardé vos tickets utilisés, car en effet vous pouvez effectuer une réclamation auprès de la STIF ou la RATP service clientèle.
Eh oui il faut s’abonner au site RATP pour avoir connaissance de ce genre de hot news en temps et heure…
https://www.ratp.fr/forfait-antipollution
J’avoue je ne le fais pas. ça me soule de voir les écrans et les hauts parleurs RATP et SNCF utilisés pour débiter les mêmes choses inutiles à longueur de journée et taire ce qui est vraiment utile.
Quoi? Vous ne savez pas qu’il faut boire de l’eau quand il fait trop chaud pour s’hydrater?  Sérieux? O_o

Les journaux que beaucoup de gens ne lisent plus par lassitude, ont parlé de ce tarif.
Alerte pour vendredi 23/02/2018
http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/le-forfait-anti-pollution-fait-son-retour-en-ile-de-france-22-02-2018-7574070.php

Donc si j’ai bien suivi l’histoire il y a eu un pic de pollution le mercredi, jeudi il a un peu baissé, mais ce n’est que vendredi qu’ils mettent en place l’alerte pollution. Très efficace! Tiens ça me rappelle ce message visible sur les écrans SNCF en banlieue : “Attention, train sans arrêt”. Ou quelque chose d’approchant. Message à comprendre : éloignez-vous de la bordure du quai car le train passe à grande vitesse. Mouais… si, si, le message est utile en lui-même… si seulement il avait la gentillesse de s’afficher avant le passage du train et non pas avec 20 secondes de retard en moyenne. N’est-ce pas? ^____^

Revenons à cette pollution. Les journaux parlent d’une reprise de la pollution à la hausse dès Lundi 26/02/2018.



La pollution s’est décidée de partir en weekend et de ne revenir que lundi. Une pause d’un weekend c’est bien non? Est-ce que, par le plus grand des hasard, les transports de paris ne nous prendraient pas pour des “naïfs” pour rester polie? é_è

De toutes manières aux chiffres ils leur font dire ce qu’ils veulent. ça arrange financièrement qu’il n’y ait pas de pollution samedi et dimanche vu le monde qui se déplace en île de France.
pas de pollution le 24/02/2018 : https://www.airparif.asso.fr/
pollution forte le 24/02/2018 : https://air.plumelabs.com/fr/live/paris
Étrange non?

Sur ces réflexions, bon weekend. ^__^

Ah non! un dernier petit mot pour la route tant qu’à faire ^__- : est-il bon de préférer les transports en commun de Paris à la voiture ?
http://www.liberation.fr/france/2017/09/18/particules-fines-l-air-du-metro-parisien-largement-plus-pollue-que-l-air-exterieur_1597163

Maud

D’habitude, Maud maîtrisait qui tuait qui et pourquoi dans son service parce que c’était elle qui le décidait en écrivant les histoires le soir avant d’aller se coucher après les avoir imaginées toute la journée. Mais là, c’était le grand mystère. Les journalistes avaient pris sa place. Tous écrivaient mille textes racontant cette histoire alors qu’ils ne savaient rien. Elle les avait lus, étonnée qu’ils en ignorent autant.

Mais alors que c’était-il passé ? Qui allait être derrière tous ces événements ? Peut-être Bertrand, qui avait une grande haine connue derrière son hypocrisie, ou Cayla qui malgré ses beaux sourires pouvait faire beaucoup de mauvaises crasses, ou Henriette qui avec son sérieux on lui donnerait le bon dieu sans confession, ou les autres ?

Maud pouvait lister ainsi tous les membres de son bureau et ils étaient nombreux. Mais elle les connaissait depuis si longtemps. Non, il ne fallait pas commencer par regarder par eux. Qu’est-ce qui avait récemment fait tout changer ? Elle se posait cette question en marchant lentement sous la pluie et dans les feuilles mortes de cette saison automnale.

L’arrivée de Dimitri bouscula tout. Il lui plu dès la première seconde : il était jeune (de la même génération qu’elle) et une barbe de soixante-huitard (avec la coupe de cheveux qui allait avec) des pantalons moulants ses jambes maigres et un skate-board qu’il cachait sous son bureau durant sa journée de travail. Il apprenait vite et bien. Tout le monde aussi semblait l’apprécier les premiers jours de son arrivée. Surtout la chef, qui dès le jour de l’entretien d’embauche rougissait à sa vue.

L’entretien d’embauche. Le début, peut-être, de l’histoire de Dimitri dans le service. La gracieuse DRH le mena jusqu’au bureau de Mme Pellen. Maud, derrière son ordinateur, observa la scène : Il était étrangement vêtu pour entrer dans l’entreprise, mais on le conduisit tout de même, jusqu’à la chef de service.

Maud revenait de la photocopieuse lorsqu’il sortit de son entretien tout sourire. Les salutations polies faites, elle s’assit rapidement et timidement. Il avait un beau sourire derrière tous ces poils. Il devait être charmant car lorsque Mme Pellen revint, après l’avoir accompagné à la sortie, avait des yeux et des joues d’amoureuse. Elle échangea avec Henriette pendant longtemps répétant sans cesse à quel point il était agréable, drôle et surprenant.

« Étrange pour une femme proche de la retraite, elle a une attitude d’adolescente fan d’un chanteur », pensa Maud bien qu’elle fut consciente que sa pensée était exagérée. Après tout ce n’était qu’un exemple type d’un employeur comblé par son futur employé après un entretien. En plus, Henriette était aussi connue pour aimer faire tirer les vers du nez de sa chef pour avoir quelque chose de plus à raconter à Radio Moquette™ : « La Radio qui raconte tous les ragots que tout le monde veut entendre. »

Maud marchait lentement, elle n’était pas pressée d’arriver même si profondément curieuse. Elle voulait profiter de l’air frais et de la pluie qui se calmait pour songer à l’arrivée de Dimitri.

Les jours passèrent, elle l’oublia. Puis un jour, il vint s’asseoir au bureau qui était vide. Maud, en panne d’inspiration, l’observa. Tout de suite, on le prit en charge pour sa formation. Il apprenait consciencieusement son travail et quand il pouvait, il tentait l’expérience. Sans dire de mot en trop il écoutait sagement et rapidement, il comprit son métier. Avec le temps, elle remarqua aussi qu’il était toujours à l’heure le matin en arrivant, toujours à l’heure le soir en partant. Il n’avait jamais une ou plus d’une seconde d’avance, jamais une ou plus d’une seconde de retard.

Maud avait été sceptique du choix de sa responsable, mais finalement il semblait travailler correctement et s’intégrer dans l’équipe. Même le Bertrand, dans les premiers jours, ne l’avait pas encore critiqué derrière son dos. Cependant, Maud se demandait jusqu’à quel point les joues rougissantes de Mme Pellen à chaque fois qu’elle le voyait influençaient cette bonne entente. Mais est-ce que cela pouvait-il durer longtemps ? Les événements prouvèrent que non.

Maud était soulagée de voir sa route se terminer, elle espérait, que peut-être on lui donnera la solution à ses questionnements. Discrètement, elle franchit la foule de personnes qui attendaient dehors et poussa la porte pour se présenter au policier et s’asseoir.

Elle était là assise dans la salle d’attente du commissariat. Comme dans toute administration, il fallait attendre son tour. Alors, elle attendait au milieu de l’agitation normale de ce genre de lieu, en se demandant qu’est-ce qu’on allait lui demander ? Heureusement, qu’elle était absente ce jour là, au moins on ne pourra pas l’accuser.

La porte d’entrée s’ouvrit, Maud pensa voir entrer un inconnu, mais à sa grande surprise elle vit Bertrand. Sa bouche eut du mal à se fermer. Il s’assit à l’autre bout de la pièce sans un regard. Dans une attitude dédaigneuse il croisa ses jambes et leva le menton avec une main sur le front. Il exagérait tellement, que Maud souriait en pensant à lui.

Durant ses journées, elle aimait les observer travailler en chahutant. Ils ne savaient rien faire d’autre que de parler fort pour ne rien dire, surtout Bertrand. Il fallait que tout le monde le regarde, que tout le monde l’admire, que tout le monde l’aime. C’était lui qui décidait qui on aimait, qui on détestait, même si on appréciait cette personne fort aimable on devait la saquer s’il la critiquait. Elle savait qu’il aimait contrôler les sentiments que son entourage avait pour les autres et elle se rendit compte comme une évidence qu’il n’acceptait pas de voir la chef apprécier Dimitri alors qu’il lui était insupportable. Le plus gros problème de Bertrand c’était de voir Dimitri savoir toujours bien se comporter envers tout le monde, avoir toujours la parole juste au bon moment, comprendre vite son nouveau métier et devenir très vite autonome pour le plus grand plaisir des collègues, surtout d’Henriette.

Alors, Maud a vite compris la jalousie naissante, discrète mais qui allait devenir obstinée et violente de Bertrand. Effectivement, très vite, en son absence, Dimitri devenait le centre de conversation pour faire remarquer tous les défauts qu’il n’avait pas. Heureusement, l’hypocrisie était maître dans ce service et Dimitri ne le comprit pas et travailla sereinement sans se rendre compte de la montagne de rumeur qui se faisait sur son dos. Du moins, c’était ce que comprit Maud.

Comme l’attente durait, Maud commençait à s’ennuyer. Elle avait été maligne pour apporter son ouvrage de frivolité du moment. Un napperon en dentelle. Elle le sortit de son sac. Sa navette bougeait avec vivacité entre ses doigts pour fabriquer son ouvrage. Elle avait à peine commencé qu’entrèrent Cayla et Henriette. Pourquoi étaient-elles venues ensemble ? Cayla avait l’air de tirer vers l’intérieur de la pièce sa collègue. Elles s’assirent non loin de Bertrand en silence. Henriette qui semblait subir ce déplacement soupirait fortement et fusillait du regard tout ce qu’elle regardait. Maud pensa y échapper car on évitait de savoir qu’elle était là, mais Henriette trouva tout de même le moyen de la fusiller avec ses yeux noirs.

Maud était stupéfaite. Eux qui étaient si fiers de leur entente, leur solidarité, leur union, et même de leur amitié, n’osaient à peine s’observer que du coin de l’œil. Ils étaient là, assis en silence et semblaient seuls, visiblement inquiets de la suite des événements. Maud ne comprit pas pourquoi ils n’avaient pas pris de quoi s’occuper : c’est bien connu que dans les administrations françaises on attend, alors il faut apporter de quoi s’occuper !

Tout en les observant discrètement, Maud reprit le fil de ses pensées.

Cayla, la première, se prit au jeu de la critique. Elle fut d’accord avec Bertrand de l’incompétence de Dimitri. Avec le temps, il y eu beaucoup de tensions avec elle : en suivant tellement aveuglément l’opinion de Bertrand qu’elle n’aimait pas Dimitri sans même avoir fait l’effort de le connaître. Alors, voir les privilèges que Mme Pellen accordait à Dimitri à longueur de journée l’agaçait profondément. Comme elle avait de longues rancunes envers Mme Pellen, suivre les ragots et obéir à Bertrand lui convenait. Ainsi, elle pouvait agir sans qu’on se rende compte qu’elle se vengeait pour ses propres raisons. Mais Maud comprenait bien son jeu à l’entendre râler sans cesse à propos de sa surcharge de travail. Effectivement, elle avait un métier entre ses pauses cigarettes, ses appels importants à son mari et sa fille et ses cris au scandale qu’elle avait trop de travail. Maud souriait depuis son bureau car en soutenant Bertrand elle s’était ajouté une tâche : celle de râler contre Dimitri demandait du temps et elle ne comprenait pas pourquoi Mme Pellen lui avait ajouté du travail !

Ensuite, très vite, se mêla la discrète Henriette car elle aimait tout savoir. Au début, elle qui travaillait avec Dimitri, elle en pensait que du bien, lui qui faisait si bien les choses après les avoir comprises si vite. Mais à force d’écouter sans oser contredire, car personne ne contredit le beau Bertrand, elle finit par se demander s’il n’y avait pas un fond de vérité et finit par penser comme eux ne serait-ce que pour être sûre de rester leur amie. Puis, il y avait un détail qui l’agaçait, sans la présence de Bertrand, c’était le favoritisme qu’accordait Mme Pellen avec outrecuidance envers Dimitri. Alors qu’elle travaillait si dur, sans rien demander, sans rien avoir comme récompense. C’est pourquoi, elle se laissa aussi facilement convaincre que Dimitri n’était pas aussi bien qu’il en avait l’air. Et ça Maud s’en rendait bien compte.

Sa navette glissait sur le fil comme il le fallait, mais perdue dans ses pensées Maud fit quelques nœuds de trop et dut défaire les derniers points de son ouvrage. C’est à ce moment-là que Roderic poussa la porte d’entrée. Lui vint s’asseoir non loin d’elle. Il préféra baisser la tête pour n’avoir à parler à personne. Maud ne comprenait pas pourquoi la police avait-elle voulu le convoquer ?

Maud et Roderic étaient les seuls du service à refuser d’entrer dans le jeu de Radio Moquette™. Roderic sut écouter et apprécier la compagnie de Dimitri. Ils avaient pris l’habitude de prendre toutes leurs pauses ensemble, celles du déjeuner, comme celles de la cigarette.

Elle reprenait son ouvrage comme il se devait. La salle d’attente était comme depuis le début bruyante avec la foule qui avait des choses à régler et qui empêchait Maud de voir ses collègues de travail. Elle pensa à Dimitri.

Le soir, Dimitri prenait le temps de lui expliquer l’art de rouler avec un skate-board dans les rues parisiennes ou de discuter sur d’autres thèmes. En effet, son manteau était accroché au porte-manteaux en face du bureau de Maud. Durant ces moment-là, il n’y avait qu’elle pour croire qu’elle était seule avec lui. Et pourtant d’autres du service les écoutaient.

De temps en temps, pour sa plus grande joie, Dimitri lui proposait de faire un bout de chemin avec elle pour rentrer chez lui. Maud sentait bien que Mme Pellen les fusillaient du regard quand elle les voyait partir ensemble.

Ils faisaient ce trajet ensemble, bien que pour le plus grand secret de tous elle rallongeait un peu sa route pour le plaisir de rester un peu plus longtemps avec lui. Elle appréciait ces moments là pour mieux le connaître. Tous les soirs, elle prenait ce chemin dans l’espoir de le voir, puis rentrait chez elle avec ses blocs notes.

Le commun des mortels l’aurait cru amoureuse. Mais en réalité, si elle l’observait de plus près, surtout le soir lorsqu’elle rentrait chez elle par le train, c’était pour écrire ardemment dans son bloc notes. Une histoire intense semblait naître. Dans ces périodes il ne fallait pas la déranger. Elle ne pouvait que travailler (faut bien payer ses factures) et écrire. La seule chose qu’elle faisait en plus c’était d’observer et tenter de passer plus de temps avec ceux qui inspiraient ses personnages.

Elle avait noté que Dimitri semblait apprécier son équipe, il mangeait avec le jeune Roderic et rentrait de temps à autre avec elle. Il tentait aussi de plaisanter avec Henriette, tout en riant ostensiblement aux blagues de Bertrand. Ainsi, lui s’intéressait à tout le monde.

La vie au travail semblait paisible, ou presque, tout le monde semblait avoir ses habitudes. Les histoires avec Bertrand, n’étaient que des histoires entre collègues de travail. D’ailleurs Mme Pellen, qui en temps normal écoutait religieusement l’émission de Radio Moquette™ de Cayla et Bertrand, dans le cas de Dimitri faisait la sourde oreille.

Mme Pellen était si éblouie par le grand talent quotidien de Dimitri, qui en réalité ne valait guère mieux que celui de ses collègues, qu’aucun travail de dénigrement n’arrivait à la faire changer d’avis. Tous les jours, elle l’accueillait avec un sourire allant d’une oreille à l’autre, avec des félicitations du travail de la veille, avec des plaisanteries entendues à la radio ou à la télévision et avec une invitation à prendre un café à la machine qu’il acceptait ou refusait selon son humeur.

Durant la journée, Mme Pellen avait une attention particulière envers Dimitri à en devenir presque étouffante. Elle se débrouillait pour qu’il ait moins de travail que les autres. Maud entendait ses collègues, surtout Henriette qui d’habitude était silencieuse, se plaindre que la chef leur donnait plus à faire qu’à Dimitri.

Maud sentait bien la colère qu’ils tentaient de contenir car la jalousie de ses collègues devenait si violente que par politesse ils utilisaient leur outil préféré qui est l’hypocrisie.

Elle savait que Dimitri n’appréciait pas. Les derniers jours les bruits de couloirs qu’il avait entendus étaient terribles, Radio Moquette™ se faisant entendre partout mais aussi auprès des nouvelles personnes étrangères au service.

Mme Pellen continuait son travail de commercial et de chef de service sans se rendre compte des tensions qui grandissaient. Du moins c’était ce que croyait Maud, car elle chouchoutait Dimitri tout en allant à ses rendez-vous et donnant des ordres à ses salariés sans écouter les colères qui s’exprimaient en l’absence du chouchou.

Maud tournait en boucle dans sa tête sans cesse ces dernières semaines, voire derniers mois, depuis l’arrivée de Dimitri avec des bouts de pistes mais là le mystère était complet.

Une jolie gendarme aux gestes brusques entra pour emmener Maud dans le bureau d’enquête. Sur le chemin qui était court, mille choses trottaient dans sa tête. Elle se demanda ce qu’il allait lui arriver. La gendarme la fit asseoir devant une porte close de taille normale à priori. Mais pour Maud, la tension était telle que cette porte grandissait.

« Comme par hasard, tu étais absente ce jour là » fut la première phrase de l’inspecteur quand enfin on se décida de la faire entrer dans le bureau. Elle fronça les sourcils et serra son manteau plus fort contre elle. Comme personne ne lui faisait signe où elle pouvait s’asseoir, elle resta debout avec ses interrogations. L’inspecteur la regarda attentivement et finalement se décida à lui montrer son siège.

Elle s’y assit avec son sac à main et son manteau sur ses genoux comme bouclier. Le silence régnait dans la pièce. L’inspecteur avait lancé le débat, maintenant il se taisait pour voir ce qu’allait dire Maud pour se défendre. Comme elle avait comprit ce jeu, elle préféra se taire et attendre la suite des événements. Elle espéra qu’on lui raconta ce qu’on savait comme sûrement les journalistes qui attendaient devant le commissariat avec leur article de journal.

Tous les deux se toisaient et le silence devenait pesant. L’inspecteur finit par se présenter : « Bonjour, je suis inspecteur Darno. Je suis là pour enquêter sur le meurtre qui a eu lieu sur votre lieu de travail. N’avez-vous rien à nous dire ?

  • Que s’est-t-il passé ? »

Le sang de Maud se glaça. C’était bien ce qu’elle craignait on l’avait convoquée pour cette histoire. Pourquoi elle ? Ne devaient-ils pas trouver un coupable cohérent pour le juge ?

« il s’est passé que Mme Pellen a été assassinée. Qui a pu le faire ?

  • Je ne sais pas.

  • Est-ce vous? Vous avez vos raisons.

  • Comme chacun de ses employés.

  • Moi, ce qui m’intrigue c’est pourquoi maintenant, qu’est ce qui a poussé la colère aujourd’hui ?

  • Je ne suis pas dans la tête du tueur »

L’interrogatoire dura longtemps. On su en détail sa journée. Qui sera vérifiée dans chaque étape racontée.

En sortant, Maud se posait autant de questions. Cependant, elle n’était pas libre. Ils voulaient interroger d’autres personnes puis revenir vers elle. C’est pourquoi, elle ne fut pas surprise de ne pas les retrouver. Elle en fut également soulagée. Heureusement que dans la salle d’attente une télévision avec la chaîne d’informations occupait le temps. Comme avant, elle avait ses mains occupées avec son ouvrage, son esprit pouvait reprendre ses réflexions.

Elle était assise derrière son bureau, ses deux mains posées sur son clavier. Comme si elle travaillait. Comme si elle avait travaillé toute la nuit plus exactement. De drôles de liens permettaient cette position.

C’est ainsi que ses employés l’ont trouvée : un trou dans le ventre et du sang qui tâchait ses vêtements et son bureau. Elle était là travaillant pour l’éternité.

Mme Pellen assassinée de manière violente durant le soir avant de partir ou le matin avant que tout le monde n’arrive. Ça ne pouvait être que des personnes qui avaient accès à l’entreprise. Qui pouvait en vouloir à sa chef au point de vouloir sa mort ? Plein de personnes. Mais, l’entrée par derrière était cassée, n’importe qui pouvait entrer. Alors, n’importe qui pouvait tuer Mme Pellen.

N’importe qui, suffisamment proche pour savoir que cette entrée était cassée. Alors, quelqu’un de sa famille, un fou ou un clochard du quartier. Elle soupira, elle manquait d’idée. Pour elle, la vie de sa chef se résumait à l’entreprise. Elle avait du mal à l’imaginer avoir une vie privée. Alors, elle tenta de réfléchir objectivement si sa vie professionnelle était intense ou normale et lui laissait le temps pour autre chose que le travail. Sa vie professionnelle était des plus intenses : arrivée la première et partie la dernière. Même si elle n’en parlait pas, on sentait que souvent, période intense ou période creuse, qu’elle venait le samedi et même le dimanche.

Maud pensa à d’autres personnes de l’entreprise qui pouvaient détester sa chef. Parmi les collègues du niveau cadre il n’y avait que Mr. Martin qui venait à son esprit. Il travaillait sous ses ordres comme commercial alors elle en profitait pour lui prendre ses bons résultats et lui donner de mauvais chiffres connus que d’elle seule. Il travaillait dur pour faire de bons résultats et il était impressionnant pour qui se rendait compte de ce qu’il faisait, mais elle réussissait systématiquement à lui voler tout ce qui était intéressant ! De plus, elle avait réussi à l’isoler de tout le monde sans vraiment porter préjudice à son travail, ce qui l’aurait embêtée.

Maud, entre deux nœuds de frivolité avec sa navette, sourit car elle se rendit compte qu’elle s’était trompée depuis le début, le voilà le coupable parfait. Même si elle travaillait aussi pour lui, elle le voyait peu, c’est pourquoi elle n’y pensa que maintenant !

Alors, elle fut un peu surprise de le voir entrer dans le commissariat. Pourquoi entrer si on était coupable ? Lui on ne le fit pas attendre. La jolie gendarme l’emmena dans l’antre pour l’interrogatoire. Allait-il avouer ? La grande question qui trotta dans la tête de Maud.

Pas longtemps, car il fut suivit par Dimitri qui la salua en dépit de ses menottes. Il était triste et choqué. Les enquêteurs qui le tenait le poussait vers l’intérieur du commissariat. Sans résister Dimitri se laissa faire et ne prêta plus attention à Maud.

Elle resta donc seule avec son occupation.

Le temps passa et aucun ne revenait. Dimitri avait pleins de raisons de commettre ce crime. Après tout, c’était de la faute de Mme Pellen s’il n’avait pas réussi à s’intégrer dans l’équipe à toujours vouloir le garder pour elle. Puis il y avait tout ce qu’elle soupçonnait : il était fort probable qu’il y eu un harcèlement sexuel. Qui des deux allait être accusé pour être présenté au juge ?

Monsieur Martin était le plus logique. C’était avec lui qu’elle était la plus odieuse. Il était renfermé dans son coin sans rien dire. En général c’était les gens calmes et silencieux qui étaient coupables. Toujours comme cela dans les histoires.

Maud sourit, elle crut avoir résolu le mystère : « qui allait être accusé ? » et donc quel nom sera inscrit dans les histoires des journalistes.

La police aussi car Mr Martin entra dans la salle d’attente les menottes aux poignets et s’assit pour attendre son tour. Comme d’habitude, toujours attendre dans l’administration française.

Il s’assit tout recroquevillé, tournant le dos aux maximums de fenêtres pour ne pas être vu par inadvertance par un journaliste. Si on le regardait mieux on pouvait voir qu’il avait séché ses larmes et qu’elles semblaient se bousculer derrières ses yeux. Mr Martin semblait si perdu, si angoissé, si horrifié que Maud eut un peu de pitié de cette accusation. Cette tête prouvait l’innocence. Réussissait-il sa comédie ? Après tout, il devait être soulagé comme beaucoup de sa mort.

Lui devait être pistonné car on vint rapidement le chercher.

Elle se retrouva seule avec sa frivolité. Elle nouait rapidement grâce à sa navette et réfléchissait intensément dans ce calme illusoire. Il y avait de la vie dans le commissariat, d’autres gens venaient pour d’autres problèmes et faisaient du bruit qui n’atteignait pas la bulle de Maud.

Dimitri était avec les gendarmes. De quoi parlait-il ? Pourquoi était-il venu avec les menottes ? Il était capable d’avoir refusé de venir à cette convocation de témoin. Mais on pouvait aussi penser qu’il était coupable. Les inspecteurs ne pourraient aller loin avec lui. Après tout, il aurait les mêmes histoires qu’elle à raconter avec tout ce temps passé ensemble surtout dans le train. Elle lui en avait confié des secrets de bureau ! Non, lui aussi pouvait faire un coupable parfait. Surtout, si Mr Martin ne convenait pas.

Il n’avait pas l’air coupable. Ou alors regrettait-il son geste parce qu’on l’avait attrapé ? Peut-être était-il amoureux ? Non, trop de rancune. C’était ça, la vengeance ! Mme Pellen lui avait une fois de trop fait un coup tordu qui comme d’habitude a du être validé par leur supérieur.

Maud, fut surprise de voir que ses raisonnements devaient être faux, sauf sur le premier point, car Mr Martin, malgré ses traits tirés sortait de la salle d’interrogatoire fier et sans menotte. Peu de temps après, Dimitri le suivit. Sans un regard pour Maud, il quitta le commissariat sans demander son reste. Elle soupira, il fallait tout reprendre à zéro.

Quelques secondes après, Bertrand sortit lui aussi avec un air soulagé. Cayla aussi mais qui eut un sourire envers Maud au fond de la salle avant de sortir. Ce qui la laissa perplexe. Henriette fila la tête basse le sourire en coin et pour elle seule. Roderic était juste après elle et trouva le chemin de la sortie facilement.

C’était vrai que beaucoup de gens lui en voulaient. Mais était-ce une raison suffisante pour tuer ? Y avait-il des gens en dehors qui le souhaitaient? Elle avait vaguement entendu parler de ses fils, avec qui elle ne s’entendait pas du tout à cause de l’éducation reçue. Son mari, bien qu’il y eu plus de 30 ans de mariage, jamais on en entendait parler. Cependant, il était ridicule de penser que le criminel venait de sa vie privée car elle avait trop d’ennemis dans sa vie professionnelle. Croire à un clochard qui passait par là ce n’était pas possible car malgré tout on l’aurait remarqué dans les locaux qui n’étaient jamais vides. Même la nuit grâce au veilleur.

A part ses collègues du même métier ? Maud ne savait pas. Durant la journée, elle avait vu toutes les personnes qu’elle avait accusées sortir du commissariat libre comme si elles étaient innocentes. Mais, elle, qui voulait le plus qu’ils trouvent un coupable rapidement avec efficacité, devait rester là à attendre. Attendre.

La nuit tomba et on la convoqua à nouveau. Là c’était Monsieur le Commissaire qui l’attendait derrière le bureau. On reprit les mêmes questions, elle reprit les mêmes réponses et on nota les mêmes phrases sur la déclaration. Elle demanda si elle pouvait rentrer chez elle ? Oui, mais ce ne serait pas bien pour l’enquête. Ce serait dommage, lui rétorqua t-on.

Qui a tué Mme Pellen ? Lui posa-t-on comme question. Nul ne le savait. Le secret de mon livre pensa subitement Maud. Elle sourit, les journalistes pouvaient écrire ce qu’ils voulaient, c’était elle la maître de l’histoire.

Ce plaisir fut bref, car la police lui signifia sa garde à vue en lui demandant : « pourquoi ? »

« Pourquoi ? » se demanda-t-elle. Pourquoi étaient-ils en train de l’accuser ? Pourquoi avoir laissé Henriette partir ? Pourquoi croyaient-ils tant savoir alors que c’est elle la maîtresse de l’histoire.

Elle se plongea dans les vrais événements. Un soir après être resté tard Henriette et elle, Dimitri les invita à dîner. Maud eut un sourire nostalgique de ce soir là. Le repas fut fameux, surtout avec la discussion vive et intense et qui se termina avec un challenge. Pour se faire, ils sont retournés dans les locaux de leurs entreprise via la porte cassée. Le veilleur fut amusé et facilement convaincu qu’il fallait relever le challenge.

Les filles allumèrent l’ordinateur, s’attachèrent les cheveux. Dimitri fouilla dans le bureau de Mme Pellen et trouva un long texte qu’il photocopia. Pendant ce temps le veilleur changea son téléphone en chronomètre.

La course se prépara. Le dos droit sur leur chaise, les filles mirent leur doigts sur le clavier et au top départ recopièrent le texte. Après cinq minutes de course de secrétaire, le veilleur cria un tonitruant « stop ».

Elles se lançaient des regards de défis pendant que Dimitri comptait le nombre de caractères grâce à l’ordinateur. Il était impressionné du résultat et du peu de fautes qu’elles avaient faites. Mais ce fut le veilleur qui eut l’idée : celle de revenir une autre nuit et faire des paris via internet.

Cette seconde nuit commença avec plaisir. Le veilleur était un vrai génie de l’informatique et pu sans difficulté pirater le système internet de l’entreprise pour ne pas laisser de trace de leurs affaires. Les paris commencèrent vite et avec succès. Dimitri se frottait les mains, les affaires semblaient prometteuses. Durant cette nuit elles firent plusieurs courses de clavier sans vraiment se rendre compte du temps qui s’écoulait.

Vers 4h00 du matin tout le monde sursauta. Mme Pellen venait d’entrer dans la pièce. Contrairement aux apparences elle agaça surtout le veilleur qui crut qu’elle avait gâché ces histoires de paris qui lui auraient permit, peut-être, d’améliorer son salaire suffisamment pour s’acheter les belles choses qu’il rêvait.

Par un drôle de respect morbide pour leur chef, tous les trois l’installèrent à son bureau, son endroit préféré pour lui laisser un peu de dignité.

Alors oui, pourquoi croyaient-ils avoir réussi leur enquête ?

Écrit par Pompinell
Quelques modifications par Magteb

Origine du texte : Wattpad Maud