Régime ou délire?

En me promenant à la fnac à la recherche de livres bizarres, étranges et hors du commun, mon regard fut attiré par cette couverture étrange et ce personnage Lumi amusant. En le feuilletant je n’ai pu lâcher le livre.

Drôle, avec du bon sens, de bon conseils voici la merveille que je souhaite partager. Ce n’est plus une fixation sur les Kilos même s’ils sont présents, c’est une invitation débordante d’énergie à changer ses habitudes alimentaires. Qui se nourrit bien vis bien.

– “Comment? On m’aurait menti? Les produits industriels ne sont pas bons pour ma santé?”
– Qui ne pense qu’à l’argent, tricheries et mensonges offrira.

Extraits:

 

Bonne lecture ^__^

Advertisements

Règles douloureuses, gynécologues et ENDOMETRIOSE

« Les règles douloureuses sont normales. »

« C’est seulement enflammé. Rien de grave. »

« Vous vous inquiétez pour rien. Tout va bien. »
J’ai entendu ces phrases de mes parents, de tous les gynécologues que j’ai vu et de la plupart des médecins.

… quelqu’un de proche m’a fait remarquer que j’avais tendance à généraliser. C’est vrai. Je ne connais pas tous les gynécologues de France, ni tous les médecins de France. Alors comment reconnaître les menteurs de ceux qui ne le sont pas ? … je n’ai pas de réponse à cette question…

Pour moi, la prise de conscience a eu lieu en ce jour ensoleillé de juin 2015. J’ai toujours eu des règles MEGA douloureuses : à se tordre en deux de douleurs, passer des heures aux toilettes, avoir des migraines, nausées et vomissements.

Mais ce mois-là fut le pire de tout ce que j’ai pu connaître. J’étais sous ANTADYS depuis mon adolescence. Ce médicament diminuait grandement la douleur sans pour autant effacer la souffrance totalement. Ce mois-là, l’Antadys n’eut aucun effet.
Je me suis retrouvée avec des maux de têtes incroyables, des prérègles douloureuses qui durent 4 à 6 jours, des règles de 5 à 7 jours (avec arrêt momentané puis relancement), complètement pliée en 2 de douleur. Les règles étaient devenues si abondantes, je perdais le sang par caillots entiers et j’avais l’impression de me vider complètement de mon sang. Ajouter à cela une diarrhée si aiguë, que je croyais que mon ventre allait finir par exploser.

Je suis allée consulter une gynécologue renommée à Paris. Son bilan, « Tout va bien. C’est normal d’avoir mal. », m’a mise en rogne è_é.
Je suis allée voir mon médecin en lui expliquant et décrivant mon vécu : « Faites une échographie »
A l’échographie j’ai eu droit à un « Tout va bien » qui m’a mise hors de moi è_é T__T

Toute cette douleur et cette souffrance c’est normal ????? NON ! Pas de mon point de vue !
CE N’EST PAS NORMAL d’avoir aussi mal pendant les règles.

Attention. Je ne parle pas de petits tiraillements ou de petits inconforts ici. Je parle vraiment de maux de têtes aux migraines chroniques, des douleurs à être incapables de rester debout, assis ou même de dormir. Je parle des saignements par gros cailloux et abondants qu’on dirait une rivière rouge sans fin, à vous faire aller aux toilettes toutes les heures.
Je parle de la fatigue écrasante qui vous saisit et dont vous ne vous remettez qu’une semaine après la fin de vos règles.

Alors quand le corps médical me dit que TOUT CA c’est normal, je ne peux plus le croire. J’ai revu mon médecin et j’ai demandé une IRM. Cela a prouvé une chose de façon sure et certaine : c’était anormal.

Car seule une IRM peut détecter l’Endométriose. Alors qu’est-ce que cette bête là ? Il y a suffisamment d’informations sur internet. J’en livre quelques unes :
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=endometriose_pm
http://www.onmeda.fr/forum/gyn%C3%A9cologie/89732-tous-savoir-sur-l-endometriose-bien

Quand la gynécologue et le médecin me disent que la seule solution pour moi est l’opération lourde pour enlever mon appareil génital, mon monde s’effondre.

JE REFUSE. TOUT MON CORPS REFUSE !

J’ai rejeté l’opération pour raisons personnelles et psychologiques. Comment supporter une opération si lourde de conséquences pour quelque chose qui est censé être normal ???? Je ne me sens pas capable.

Puis je me relève seule. Je sèche mes larmes et je passe une semaine à chercher intensément sur internet comment soigner l’endométriose. Cela m’a appris en premier que l’endométriose c’est comme les fibromes. On opère, on guérit et hop ça peut revenir, voire s’aggraver. Et puis je tombe sur 2 forums qui parlent de soins par les plantes. é_è Je n’ai jamais essayé de me soigner par les plantes. J’ai toujours entendu dire que c’était du pipo, du vent. Qu’avais-je à perdre ? Plus rien.

Je ne dis pas que cela va fonctionner pour tout le monde. Je crois que chacun est différent et nos métabolismes réagissent différemment.
Pour moi cela a fonctionné. J’ai divorcé de l’Antadys. Bye bye l’antadys. Yep du jour au lendemain je lui ai dit au revoir sans regrets. Hop, à la poubelle !

J’ai testé pendant une année entière et ça valait la peine. Aujourd’hui je prends encore ces plantes. Voici l’évolution sur 14 mois :

  • Les prérègles disparaissent 1 mois sur 2 et ne durent plus que 3 jours. Sans douleurs.
  • En août 2016 j’ai eu mon premier mois de règles normales dans ma vie. 4 jours de règles seulement avec une légère gêne dans le bas ventre et très peu de tiraillements.
  • Les règles durent 3-4 jours sans relance (pas d’interruption puis reprise/ pas de pause de 24h avant un nouveau déluge)
  • Baisse de la quantité des caillots
  • Les douleurs baissent et 1 mois sur 2 je suis capable de rester debout et de marcher, même si cela reste inconfortable pour le moment.
  • Migraines disparues. Quelques maux de têtes subsistent 2 mois sur 3.

AVOIR MAL pendant les REGLES EST ANORMAL.

Je conseille aux adultes qui ont de tels symptômes de demander directement une IRM. Seule l’IRM peut détecter l’endométriose. Si vous ne l’avez pas vous serez soulagée d’un poids.
Pour les adolescentes faudra vous renseigner.

Alors avant de choisir une opération lourde de conséquences autant physiques que psychologiques, je vous conseille de demander à votre médecin

  • Une analyse de sang complet (fer, vitamine D, vitamine C, hormones, thyroïde, cholestérol, etc…) pour combler les carences. La douleur peut venir d’une légère anémie par exemple ou d’une hormone qui déconne comme la progestérone, autre exemple.
  • Une IRM : si cela ne détecte rien c’est déjà ça.

Plus tôt l’endométriose est détectée et soignée, mieux c’est. Évidemment.

Pour Adultes : (pour les adolescentes, il faut vous renseigner auprès d’une excellente herboristerie)

Et alors mon traitement aux plantes ?
Les infusions ne fonctionnent pas sur moi. Alors je me suis présentée à l’herboristerie et j’ai posé des tonnes de questions. Et en essayant j’ai trouvé ce qui fonctionne bien pour moi. Des gélules (à ne surtout pas mélanger avec l’alcool) :

  • Achillée millefeuilles pour contrer les douleurs abdominales : 6 gélules par jour
  • Bourse à pasteur pour contrer les saignements abondants et surtout débordants : 6 gélules par jour
  • Baies de myrtille pour contrer les diarrhées très aiguës : une cuillère à café de baies après chaque passage aux toilettes.

Je me suis imposé de recommencer le traitement à zéro si je ratais une prise. Du coup, pendant les 6 premiers mois j’ai pris consciencieusement les 12 gélules par jour sans en oublier une seule.

Après les 6 mois, 6 autres mois avec prise des gélules 1 semaine avant les règles jusqu’à la fin des règles. Si les règles commencent en avance, je prenais les gélules de la date estimée jusqu’à une semaine après les règles.

Après ces 6 autres mois (soit 1 an en tout), je prends uniquement pendant les règles suivant mon ressenti. Si j’ai mal, même une semaine avant, je prends les gélules. Sinon, non.
De temps en temps je refais un mois complet de prise. Mais c’est rare.
Et ça fonctionne du tonnerre pour moi.

Bien sur mon traitement n’est pas du tout remboursé par la sécurité sociale.

Je vous conseille de bien vous renseigner auprès de la meilleure herboristerie que vous trouverez dans votre ville. Poser leur des questions et n’hésitez pas à leur décrire vraiment ce qui vous arrive.

Je continue à me battre pour rester debout, et je suis contente de me sentir de mieux en mieux mois après mois. Je tiens un journal de bord chaque mois. Dès que ça commence à faire yoyo (un mois oui un mois non) ça veut dire que je me  rapproche du but : avoir des règles normales.

Ce que j’ai appris c’est que je ne dois pas abandonner. Alors à toutes celles qu’on abandonne et qu’on laisse tomber, COURAGE. Il est possible de s’en sortir.

Magtebmeiji

Je me promets de Larson

Extrait de C. D. LARSON

 

“Je me promets…

D’être fort au point que rien ne puisse troubler ma paix d’esprit.

De parler de santé, de bonheur et de prospérité à toute personne que je rencontrerai.

De faire ressentir à tous mes amis qu’ils ont de grandes valeurs en eux.

De ne considérer que le bon côté des choses en véritable optimiste.

De penser seulement au mieux, ne travailler que pour le mieux et n’espérer que le mieux.

D’être tout aussi enthousiaste pour les succès des autres que pour les miens.

D’oublier les erreurs du passé et de me concentrer uniquement sur mes incroyables exploits à venir.

De toujours avoir une expression de bonheur et de sourire à toute personne que je rencontre sur mon chemin.

De consacrer tant de temps à m’améliorer que je n’aurai pas le temps de critiquer les autres.

D’être trop grand pour l’inquiétude et trop noble pour la colère, trop fort pour la peur et trop heureux pour me laisser troubler.

D’avoir une bonne opinion de moi-même et de le proclamer à la face du monde, non pas par de grands mots, mais par de grandes actions.

De vivre en croyant fermement que le monde entier sera de mon côté tant et aussi longtemps que je vivrai, conformément à ce qu’il y a de meilleur en moi. “

Plaisir, stimuli et solitude

Petit message à nous, êtres humains, capables d’aimer, de rêver, de réaliser, de pleurer, de s’effondrer et de se relever.

Extrait d’une revue que j’ai lu par hasard. Propos de psychologues:
“un plaisir trop riche en intensité ou en durée, finit par lasser ou rendre malade”

“Nous recevons sans cesse des sollicitations sensorielles, mais elles sont trop nombreuses et rapides. Elles sont principalement constituées d’images et de sons arrivant en flux continu et indifférencié. Écrans, téléphones, affiches, musiques, etc…
Il en résulte une lassitude, un désir de sensations extrêmes et surtout un appauvrissement intérieur.
Lorsque nous sommes bombardés de stimuli, ils deviennent inintelligibles. Cette incompréhension nous éloigne de nos ressentis profonds et s’ajoute à l’urgence cultivée par notre société pour rendre nos sensations superficielles.
Les conséquences sont l’appauvrissement du moi et l’incapacité à forger de véritables relations.
La perte de contact et de limites fixes entre réel et illusoire pousse à l’extrême la dépersonnalisation et l’impossibilité de vraies relations, dont on voir les débuts avec les avatars sur Second Life”

A vrai dire je ne connais pas Second Life. Cependant quand je regarde autour de moi, je vois presque tout le monde, presque tout le temps, sur son téléphone portable, sur sa tablette ou en train de regarder un ordinateur portable.
Je rêve du jour où je pourrai enfin abandonner mon portable dans un coin et ne plus l’activer. Généralement c’est pour cela que le lundi je prie pour que samedi arrive vite. La plupart des weekends je me sépare de mon téléphone avec joie et bonheur.
J’aime lire de vrais livres même s’ils sont lourds à transporter. J’aime écouter de la musique et je l’écoute surtout parce que le bruit dans la ville de Paris est assourdissant.

Bref à ceux qui ont peur de la solitude et qui la vivent sans l’avoir choisie, je leur conseille de diminuer les interactions avec les appareils de divertissement, de sortir regarder le ciel, se balader, sourire à des personnes inconnues, discuter de la pluie et du beau temps avec des inconnu(e)s, lire des livres, des revues réelles et non pas électroniques.

L’interaction avec les autres est nécessaire à tout être humain.
Et c’est moi qui dis ça? O_o
J’aime mes moments de solitude. ^__^ Néanmoins je ne peux que reconnaître à quel point j’apprécie les véritables échanges sociaux. Parfois les conversations superficielles deviennent plus profondes avec certain(e)s inconnu(e)s.

L’important quand nous sommes avec les autres n’est pas le fait d’être blessé. Ce qui importe est la manière dont nous réagissons dans les différentes situations. Si la peur d’aller vers les autres vous noue l’estomac, je vous conseille de consulter un bon psychologue (homme ou femme) pour affronter vos peurs et guérir de vos traumatismes.

Parents – enfants : les relations à l’âge adulte

“J’ai senti venir la fin.
J’ai fait tout mon possible pour l’éviter.
Je me suis menti à moi-même, espérant, priant,
Seule dans le noir, que cela n’arrive jamais.

Et pourtant j’aurais dû le comprendre il y a des années.
C’était inévitable.
C’était tout simplement inévitable.”

En tant qu’enfant je me suis posée des questions.
En tant qu’adulte je cherchais juste à comprendre. Pour finalement trouver que ce que j’avais déjà analysé et découvert par moi-même, était sain, était réel et judicieux. Avec le temps, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule dans ce cas. Ce n’est la faute de personne. C’est juste la Vie qui est comme ça.

Je souhaite partager cet article avec ceux et celles qui en auront besoin:
http://www.35ans.fr/abandonner-ses-parents-est-un-crime-imaginaire/

Un seul conseil : n’hésitez pas à vous faire aider par des vrais psychologues si vous sentez ne pas y arriver seuls.

Un autre article tout aussi intéressant mais plus court
http://www.35ans.fr/apprendre-nos-enfants-senvoler-valeur-mere/
Bon courage à tous les enfants qui désirent devenir des adultes indépendants.
Bon courage à tous les parents qui ne sont pas prêts à laisser leurs enfants s’envoler.
Bon courage à nous tous.

Paradoxe humain – paradoxe parisien

Ici à Paris :

1)    Le quai est vide, mais un attroupement (pour ne pas dire un troupeau ^^ ça fait trop mariage à la ferme) s’est formé à un seul endroit.
–    Fait-il froid ?
–    … Non, c’est encore la douceur de l’été.
–    Pleut-il ?
–    … Non, mais ça aurait pu en être la cause.
–    Y a-t-il une célébrité là-bas ? (un autographe please ?)
–    … que dire ? hummmm…  si le tram était une célébrité alors surement que oui :p
–    Mais pourquoi ce groupement si intense ? se connaissent-ils ?
–    Cela aurait pu être la cause… mais non ils ne se connaissent pas.
La même chose se produit dès qu’on attend un moyen de transport en commun : sur les quais du tram ici, mais aussi sur les quais du métro là-bas, sur les quais de la gare, sur les trottoirs pour prendre les bus, à la porte de l’embarcation des avions (comme si la place qu’on vous avait attribuée dans l’avion allait être vendue à quelqu’un d’autre à la dernière minute).
Je n’arrive pas à saisir moi-même cet engouement pour se coller à de parfaits étrangers, qui pour la plupart puent, rotent, crachent et pètent sous nos yeux et notre nez é_è

Le quai est vide… des 2 cotés mais :
Pourquoi le monsieur là il nous pousse pour passer ?
a)    – Il avait envie de nous emmerder ? (dommage pour lui car nous n’avons pas réagi)
– Pourquoi?
– Il est énervé ou frustré (sa copine n’a pas voulu lui faire une fellation ^^) et veut exprimer sa colère mais il n’y arrive pas. Il cherche un exutoire externe même si cette personne ne lui a rien fait.

b)    Son cerveau est trop atrophié pour avoir capté qu’il n’y a personne d’autre que nous sur le quai. ^____^

c)    Il est égoïste et égocentrique « je suis le roi du monde. Regardez-moi. », a peur de perdre 2 secondes pour dévier sa trajectoire comme la plupart des parisiens ou alors ne sait plus aller à droite ou à gauche.

d)    Ou alors il est perfectionniste. fléau de notre société. on va d’un point A à un point B sans détours, sans évolution possible et donc sans rien apprendre.

2)    On s’assied dans le métro :
–    Pourquoi le vieux monsieur à coté prend toute la place, alors qu’il y a de la place ?
–    Parce qu’il est mal poli ? ou alors il se sent trop seul et il veut de la compagnie ?
–    euh… mais si moi je n’en veux pas?
–    oui il aurait pu demander la permission avant mais demander est comment dire…. au dessus de leur forces? Ils ne savent plus demander quoi que ce soit donc ils prennent et sont sans gêne.

–    Pourquoi la personne âgée à coté nous prend pour son bâton de vieillesse ?
–    Euh… ils se sentent seuls ? / nous avons des têtes trop avenantes (faut faire les regards méchants) => qu’est-ce que j’en sais moi ?

–    Pourquoi la dame à coté crie quand elle parle ?
–    Elle est sourde ? Elle veut se faire remarquer ? ou emmerder les autres ? au choix.

une femme sort des affaires de son sac pour étudier, lire, écrire, etc…
–    Par curiosité tu jettes un coup d’oeil
–    oui et en retour je reçois un “c’est très indiscret ce que vous faites”
–    c’est vrai que c’est indiscret? ^^
–    ah oui? depuis quand les transports en communs sont des endroits privés? ^___-

3)    Le feu est rouge.
–    Euh… pourquoi les voitures continuent-elles à passer ?
–    Les chauffeurs parisiens comme les piétons semblent être une majorité de daltoniens?
–    Mais ils ne s’arrêtent pas quand le feu est vert non plus.
–    Euh. . . Parce que leur vision est à court terme. (comme tout le reste aussi d’ailleurs ^^).
Ils pensent gagner du temps, ils doublent une voiture mais créent un embouteillage qui leur fera perdre 2h au lieu de 3-5 min.
–    ou Parce qu’ils ont été éduqués pour penser individuellement et ont oublié les valeurs de la vie en société.
–    ça c’est sûrement plus proche de la réalité que les autres hypothèses. ^^

4)    C’est quoi un chef de projet ?
–    Dure question… se gratter les couilles ? faire savoir au monde entier qu’on a la science infuse pour avoir réussi à être à ce poste alors que la plupart des personnes n’ont pas les compétences requises ? lol
–    Tu n’as pas de couilles et tu as été chef de projet. ^_-
–    Viii dans une vie antérieure. ^^ ok, ok, range le bazooka. plus sérieusement?
Un chef de projet :

  • sait déléguer
  • est organisé
  • sait planifier, gérer les retards, anticiper les risques, négocier et estimer le travail
  • sait évaluer la charge de travail en fonction de ses collaborateurs
  • connait toute la partie technique et sait développer, tester et recetter
  • sait féliciter son équipe pour ses réussites
  • sait gérer les crises internes
  • ne dit pas oui bêtement à tout ce que ses supérieurs voire le métier lui demandent
  • sait motiver son équipe tous les mois
  • sait gérer le stress tout en ne le faisant pas partager à son équipe
  • a une documentation à jour pour toutes les applications
  • organise des points hebdomadaires d’avancement sur les projets avec son équipe
    J’oublie surement d’autres points.
    Ah pardon ça c’est l’ancienne version du chef de projet.
    Aujourd’hui? euh…ce n’est plus ça du tout c’est sur. la méfiance règne partout, donc les crises/tensions se multiplient dans les services et le travail en équipe en prend un sacré coup. Il faudra sûrement que je me reformate au chef de projet actuellement en vogue. ^^
    … … mais je n’ai pas envie de perdre une bonne méthode de travail. é_è

J’ai eu la malchance de travailler avec des chefs de projets (bizarrement c’étaient des hommes) qui me disaient à chaque fois « nous faisons comme ça depuis le début. C’est trop tard pour changer ».
Et à chaque fois cette phrase m’a énervée. Avec le temps les choses peuvent changer.
La dernière fois j’ai répondu : « et c’est bien de faire comme ça ? cela fonctionne bien je suppose ? … Non ? Ah bon? … et vous voulez continuer comme ça ?
–    oui.
–    . . . c’est vous le chef de projet. Mais c’est sans moi. Bye bye. »
eh oui je suis partie alors que c’était un poste de travail très intéressant.

5)    Les chauffeurs de taxi
–    Les chauffeurs de taxi disent qu’ils sont en crise. Qu’ils n’ont pas de clients, etc…
–    En même temps quand le client demande à un taxi disponible de le payer par carte bancaire les réponses sont trop souvent :
o    On ne prend que les espèces
o    – Il n’y a pas de terminal.
– Votre vignette sur le parebrise indique que vous avez un terminal (de plus tous les taxis G7 en ont un c’est obligatoire)… si la course dépasse 15 euros vous devez accepter la carte, non ? O_o
– NON !
– Ah bon… ~T___T~
o    Voyez avec mes collègues
O_o -_-”’

Il est interdit par la loi à un taxi de refuser la carte bancaire alors qu’il est équipé d’un terminal. Ils font ça pour le pourboire et pour une histoire de 2.5% soit environ 1 euro sur une course de 40 euros !!!

Mais qui va faire respecter la loi ? Personne, car les fonctionnaires auprès desquels il faut porter plainte finissent leur journée à 16h et ne travaillent pas le samedi. Aller porter plainte ok, mais du coup quand ? Ce ne sont pas eux qui paient les jours qu’on doit poser pour nous déplacer jusqu’à leurs locaux.

–    Quand vous faites signe à un chauffeur de taxi disponible :

  • Soit il s’arrête (meilleur des cas mais rare)
  • Soit il vous ignore (je ne vous vois pas. non vous n’êtes pas là)
  • Soit il vous fait un signe de refus (pourquoi dispo si ce n’est pas le cas ?)

Conclusion : utilisez les transports en commun, prévoyez des sous ou commandez un taxi en avance ce qui coutera plus cher (compter 10 euros de plus en moyenne) mais qui vous permettra de payer par carte bancaire.

Un jour j’ai commandé un taxi et j’ai eu la chance de tomber sur un chauffeur honnête. La course m’a coûté moitié moins cher que d’habitude. Pour dire le fric qu’ils font même chez les taxis g7 O_o
J’ai essayé de remonter l’information mais la société s’en moque. pour eux les tarifs normaux sont le double. Je préfère les taxis honnêtes. ^^

6)    une carterie près du boulevard Haussmann, ouverte jusqu’à 19h00 attire notre regard. Nous souhaitons acheter  des cartes, mais à la caisse, alors que nous sommes les seuls clients, une surprise nous attend :
carterie, caissier:
–    Il est 17h, je vais vous demander de patienter. je dois fermer ma caisse.
demande polie, compréhensible. Nous attendons 10 minutes sans aucun mouvement d’ouverture de caisse et sans aucune explication de la personne qui passe et repasse devant nous. Nous interceptons finalement le même monsieur, lui rendons les cartes que nous avons sélectionné et en guise d’au revoir :
–    Nous repasserons un autre jour … ou pas. (ressenti : è_é affiché : ^___^)

D’autres paradoxes suivront sûrement ^^ le monde en est rempli, Paris surtout 🙂

“Quels seront vos regrets sur votre Lit de Mort?”

– Ahem… hemmm… c’est quoi cette question?
– Imaginez vous sur votre lit de mort
– pas moyen. je n’agoniserai pas. Je crèverai d’un seul coup. mwahahahaha c’est moi qui décide :p
– Ok Imaginez que vous allez crever dans 5 minutes. Quels seront vos regrets?
– Euh… aucun?… A ce jour je n’ai qu’un seul regret qui ne pourra jamais être effacé puisque la personne concernée est morte.
– Aucun?
– Nope
– Sérieusement…
– Sérieusement, je ne veux avoir aucun regret. Si vous accomplissez ce que vous souhaitez tant mieux. Si vous n’avez pas accompli vos désirs, il n’y a pas à avoir des regrets à partir du moment où vous avez essayé de les réaliser.
Si c’est tout, bye bye. J’ai des choses plus importantes à faire ^_-
– Du genre ?
– Me laver les cheveux mwahahahaha

 

Ce que la vie m’a appris c’est, qu’en tant qu’adulte, quoi qu’il arrive, quelles que soient les personnes qui essaient d’interférer (même si ces personnes sont les parents), j’ai la responsabilité de ma vie et de mon avenir.
“Je veux vivre autre chose que cette vie”. J’ai souvent pensé cela. Mais ce n’est pas la bonne phrase. La phrase à se dire et répéter est : Qu’est-ce que TU veux vraiment dans ta vie ?
Quand j’y réponds je fixe mes objectifs. En les fixant je commence déjà à voir le chemin à parcourir. C’est donc à moi de dégager la voie que je veux suivre et à m’y tenir.
Les “Tu n’y arriveras pas”, les “c’est une perte de temps”, les “ce n’est pas pour toi, tu t’es regardée dans une glace?” je les ai jetées aux orties il y a longtemps. L’important pour moi c’est d’essayer de toutes mes forces et de voir si je suis capable ou non de faire ce que je décide de faire.
Oui ça fait mal de dire “non” à ses parents, mais en ne le disant pas nous finissons tous par en souffrir. Aucun de nous ne sera heureux.
Oui ça fait peur d’ignorer les opinions des amis, mais en ne le faisant pas nous ne trouverions jamais quelle est notre force, quel est notre don. Puis les amis qui vous enfoncent et vous disent que vous ne pouvez pas le faire, est-ce que nous pouvons vraiment les appeler amis ?

Il ne s’agit pas de foncer dans le tas tête baissée, ni d’écraser les autres. Il s’agit de prendre ses décisions en mesurant les risques et en prenant ses responsabilités.

Chaque être humain a des capacités différentes. Ce que je suis capable de faire un autre ne le sera pas. Ce que l’autre sait faire, je peux être apte à n’en faire qu’une partie ou rien. Tout comme je peux faire ce qu’il fait mais de manière différente.

Par exemple, l’homme que j’aime est capable de chanter et danser y compris devant d’autres personnes. Bien que j’aime chanter et danser je sais que je ne veux pas devenir chanteuse parce que je n’ai pas le talent. Je chante et danse par plaisir chez moi. Comme ça j’évite de casser les oreilles des autres personnes (t’es sure de ça ? et les voisins ? lol)
Et soyons réalistes je n’ai pas la grâce nécessaire pour danser. ^_-

 

Bref tout ça pour dire que si vous avez des projets, des désirs, prenez votre vie en main. Ne laissez personne décider à votre place. Ce n’est en aucun cas aux autres de décider de ce que vous devez devenir ou de ce que vous pouvez devenir. Ce sera votre choix et votre responsabilité.

Je parle bien aux adultes. Les ados et les enfants doivent écouter les parents pour avoir certaines bases avant de se lancer dans la vie d’adulte.

“Imite, assimile et ensuite innove…” Clark Ferry