« Pourquoi aimer les femmes est-ce si difficile ? » Quête d’un chanteur célèbre.

Alerte : peut contenir des propos choquants pour les plus jeunes.

Au tour des femmes de poser la question : pourquoi  est-ce si difficile d’aimer un homme ?

 

 

hahahaha. hahahaha –se tord de rire.

 

 

 

 


Pour moi c’est très simple. Peut-être trop simple.


Est-ce normal docteur ?

 

Ce que la vie m’a appris c’est que nous cherchons tous l’amour. Mais chacun a sa propre définition de l’Amour.

La plupart des femmes croient encore aux contes de fées et espèrent trouver dans leur compagnon, le prince charmant sur son destrier blanc. Au bout d’un certain temps, généralement après quelque temps de vie commune ou de fréquentation, elles se retrouvent non pas face au prince charmant mais face à un crapaud pas bien appétissant. (c’est réciproque dans l’autre sens pour les hommes également)

 

« quoi ? j’ai épousé un crapaud ? » / « je vis avec un crapaud ? au secours ! »  et part en courant
« on m’aurait menti ? T’es qui toi ? Rends moi mon prince ! où est mon prince charmant ? Prrriiinnnnccceeeeeeeeee charmaaaaaaaaaannnnnnnnnnnnttttttttttt ! »

 

STOP! STOP! STOP!

Dans la vie réelle, les princes charmants n’existent pas. C’est dû à un défaut de fabrication imaginaire venant des comptes de fée à la Disney. Il est d’ailleurs de plus en plus difficile de séparer dans notre quotidien la vie réelle de la vie imaginaire, grâce à tous ces médias qui nous ont envahis.

« Oh t’as vu ? Le prince de galles m’a accepté comme amie ! Nous sommes désormais amis pour la vie et nous allons nous battre ensemble et sauver le monde ! NOUS SOMMES INVINCIBLES !! »

Non. Non. Non. Ça c’est imaginaire. Qui a vu un monstre pareil dans la vie réelle ? Si vous l’avez vu, montrez-le-moi. Ok il existe des êtres humains qui se comportent comme des montres mais ils ne font pas cette taille-là ni n’ont ce visage-là. Quoi que… je me le demande parfois !

 

Alors pour quelles raisons est-ce si difficile d’aimer dans la vie réelle, quand les rencontres virtuelles sont si faciles ?

D’abord parce que nous redoutons tous (ou presque) le rejet. Par manque de confiance en soi principalement. ce que la société humaine accentue d’année en année.

Les femmes espèrent trouver un homme tendre (ou pas, suivant les goûts), tolérant, compréhensif, qui s’intéressent à elles, même après 25 ans de vie commune et  5 accouchements ^_-, qui soient honnêtes avec elles et fassent tout ou presque avec elles.

Non messieurs, nous n’aimons pas vous accompagner aux toilettes. (>__<’’’ yurk j’ai trop d’imagination)

Et surtout qu’ils soient fidèles.

(Si vous trouvez un homme beau, honnête, intègre et attentionné, amenez le moi. je l’empaille !)

 

 

Et les hommes qu’attendent-ils ? Certains attendent une mère, d’autres une boniche, d’autres une partenaire sexuelle, d’autres que la femme leur foute la paix (50 questions par minutes c’est beaucoup trop . . . même pour moi) . . .

Bref les deux ne sont pas très compatibles comme ça. Alors que se passe-t-il pour les couples qui réussissent ? Ils font des compromis. Une relation ne peut jamais aller tout le temps dans un seul sens. Généralement, il ne suffit pas pour l’un des deux partenaires de faire tous les efforts. Si c’est le cas, la relation finit de toute façon par casser tôt ou tard.

 

En fait, Aimer une femme c’est très facile : ^___^

Pour les extraverties (celles qui aiment être sous le feu des projecteurs) : être attentionné, toujours participer à leurs activités,  leur offrir des cadeaux, prévoir des fêtes et des sorties.

Pour les introverties : respecter leur indépendance et leurs moments de solitude (à condition que cela soit équilibré. Si elles veulent rester seules tout le temps il y a un problème), être tendres mais pas trop attentionnés (« ça va ? » « tu boudes ? » 100 fois par jour ça soule j’en sais quelque chose). Les introverties ne boudent pas. Elles sont dans leur monde.

Astuce : D’ailleurs si vous croisez une introvertie dans la rue et qu’elle vous ignore ne boudez pas, ne vous vexez pas. Mettez-vous devant elle pour vous faire remarquer. Et là elle sortira normalement de son monde intérieur. ^____^ … souvent en grognant. mdr

Pour le côté social des introvertis, il y a tellement à dire que je vous conseille de lire les livres à leur sujet (le plus pertinent qui a attiré mon attention c’est “Le discret amoureux”). Cela dépend des caractères. Certains introvertis ont besoin de plus de social, d’autres pas du tout de social. Le mieux c’est de leur demander ce qu’elles font de leur temps libre. Vous saurez si le social a une importance ou non.

A quasiment toutes les femmes : leur dire que vous les aimez. Car c’est ce qu’elles attendent. (évitez avec moi merci. ^^ je préfère les actions aux paroles :p)
Et s’il vous faut plusieurs partenaires messieurs, quelle que soit la pression que vous recevez, ne le dites jamais. Ne les faites jamais se rencontrer. Ne les acceptez pas sur facebook ou twitter ou tout autre site. N’allez pas sur meetic à moins de vous être bien déguisé.

Astuce pour les femmes en couple avec enfants : ce n’est pas parce que vous avez eu des enfants ensemble que monsieur ne ressent plus rien. Si vous voulez le garder il vous faudra faire un effort pour le combler sexuellement. Je vous laisse négocier la fréquence des rapports. ^__^

Certaines femmes acceptent la « polygamie ». Avec elles il vaut mieux rester honnêtes et franches et tout leur dire. Ne vous faites pas de films messieurs. Elles sont très rares.
Et vous mesdames : regarder une autre femme, comme il vous arrive de regarder un autre homme n’est pas un crime. Pas la peine d’assassiner votre conjoint ou la femme qui est admirée pour cela. S’il reste avec vous c’est vous qu’il a choisie.
Et pour finir. A toutes les femmes : la promesse d’un homme ne vaut rien. Arrêtez de croire au monde merveilleux de Mickey si vous désirez éviter de ressentir la déception, la jalousie, la haine et l’envie.

 

Il y a beaucoup de définitions de l’Amour. Pour connaître la votre demandez-vous qu’est-ce qui est le plus important pour vous? Imposer vos sentiments et vivre absolument quelque chose avec l’être que vous aimez? ou respecter les sentiments de l’autre quels que soient vos sentiments et être heureux parce que l’autre est heureux tout simplement, quels que soient ses décisions?
Pour moi si l’autre est heureux avec un(e) autre sans moi, je serai heureuse pour lui. L’amour n’est une souffrance que lorsque nous agissons de manière égoïste et égocentrique. A méditer… ^__-
ou pas :p

Advertisements

Parents – enfants : les relations à l’âge adulte

“J’ai senti venir la fin.
J’ai fait tout mon possible pour l’éviter.
Je me suis menti à moi-même, espérant, priant,
Seule dans le noir, que cela n’arrive jamais.

Et pourtant j’aurais dû le comprendre il y a des années.
C’était inévitable.
C’était tout simplement inévitable.”

En tant qu’enfant je me suis posée des questions.
En tant qu’adulte je cherchais juste à comprendre. Pour finalement trouver que ce que j’avais déjà analysé et découvert par moi-même, était sain, était réel et judicieux. Avec le temps, j’ai réalisé que je n’étais pas la seule dans ce cas. Ce n’est la faute de personne. C’est juste la Vie qui est comme ça.

Je souhaite partager cet article avec ceux et celles qui en auront besoin:
http://www.35ans.fr/abandonner-ses-parents-est-un-crime-imaginaire/

Un seul conseil : n’hésitez pas à vous faire aider par des vrais psychologues si vous sentez ne pas y arriver seuls.

Un autre article tout aussi intéressant mais plus court
http://www.35ans.fr/apprendre-nos-enfants-senvoler-valeur-mere/
Bon courage à tous les enfants qui désirent devenir des adultes indépendants.
Bon courage à tous les parents qui ne sont pas prêts à laisser leurs enfants s’envoler.
Bon courage à nous tous.

Paradoxe humain – paradoxe parisien

Ici à Paris :

1)    Le quai est vide, mais un attroupement (pour ne pas dire un troupeau ^^ ça fait trop mariage à la ferme) s’est formé à un seul endroit.
–    Fait-il froid ?
–    … Non, c’est encore la douceur de l’été.
–    Pleut-il ?
–    … Non, mais ça aurait pu en être la cause.
–    Y a-t-il une célébrité là-bas ? (un autographe please ?)
–    … que dire ? hummmm…  si le tram était une célébrité alors surement que oui :p
–    Mais pourquoi ce groupement si intense ? se connaissent-ils ?
–    Cela aurait pu être la cause… mais non ils ne se connaissent pas.
La même chose se produit dès qu’on attend un moyen de transport en commun : sur les quais du tram ici, mais aussi sur les quais du métro là-bas, sur les quais de la gare, sur les trottoirs pour prendre les bus, à la porte de l’embarcation des avions (comme si la place qu’on vous avait attribuée dans l’avion allait être vendue à quelqu’un d’autre à la dernière minute).
Je n’arrive pas à saisir moi-même cet engouement pour se coller à de parfaits étrangers, qui pour la plupart puent, rotent, crachent et pètent sous nos yeux et notre nez é_è

Le quai est vide… des 2 cotés mais :
Pourquoi le monsieur là il nous pousse pour passer ?
a)    – Il avait envie de nous emmerder ? (dommage pour lui car nous n’avons pas réagi)
– Pourquoi?
– Il est énervé ou frustré (sa copine n’a pas voulu lui faire une fellation ^^) et veut exprimer sa colère mais il n’y arrive pas. Il cherche un exutoire externe même si cette personne ne lui a rien fait.

b)    Son cerveau est trop atrophié pour avoir capté qu’il n’y a personne d’autre que nous sur le quai. ^____^

c)    Il est égoïste et égocentrique « je suis le roi du monde. Regardez-moi. », a peur de perdre 2 secondes pour dévier sa trajectoire comme la plupart des parisiens ou alors ne sait plus aller à droite ou à gauche.

d)    Ou alors il est perfectionniste. fléau de notre société. on va d’un point A à un point B sans détours, sans évolution possible et donc sans rien apprendre.

2)    On s’assied dans le métro :
–    Pourquoi le vieux monsieur à coté prend toute la place, alors qu’il y a de la place ?
–    Parce qu’il est mal poli ? ou alors il se sent trop seul et il veut de la compagnie ?
–    euh… mais si moi je n’en veux pas?
–    oui il aurait pu demander la permission avant mais demander est comment dire…. au dessus de leur forces? Ils ne savent plus demander quoi que ce soit donc ils prennent et sont sans gêne.

–    Pourquoi la personne âgée à coté nous prend pour son bâton de vieillesse ?
–    Euh… ils se sentent seuls ? / nous avons des têtes trop avenantes (faut faire les regards méchants) => qu’est-ce que j’en sais moi ?

–    Pourquoi la dame à coté crie quand elle parle ?
–    Elle est sourde ? Elle veut se faire remarquer ? ou emmerder les autres ? au choix.

une femme sort des affaires de son sac pour étudier, lire, écrire, etc…
–    Par curiosité tu jettes un coup d’oeil
–    oui et en retour je reçois un “c’est très indiscret ce que vous faites”
–    c’est vrai que c’est indiscret? ^^
–    ah oui? depuis quand les transports en communs sont des endroits privés? ^___-

3)    Le feu est rouge.
–    Euh… pourquoi les voitures continuent-elles à passer ?
–    Les chauffeurs parisiens comme les piétons semblent être une majorité de daltoniens?
–    Mais ils ne s’arrêtent pas quand le feu est vert non plus.
–    Euh. . . Parce que leur vision est à court terme. (comme tout le reste aussi d’ailleurs ^^).
Ils pensent gagner du temps, ils doublent une voiture mais créent un embouteillage qui leur fera perdre 2h au lieu de 3-5 min.
–    ou Parce qu’ils ont été éduqués pour penser individuellement et ont oublié les valeurs de la vie en société.
–    ça c’est sûrement plus proche de la réalité que les autres hypothèses. ^^

4)    C’est quoi un chef de projet ?
–    Dure question… se gratter les couilles ? faire savoir au monde entier qu’on a la science infuse pour avoir réussi à être à ce poste alors que la plupart des personnes n’ont pas les compétences requises ? lol
–    Tu n’as pas de couilles et tu as été chef de projet. ^_-
–    Viii dans une vie antérieure. ^^ ok, ok, range le bazooka. plus sérieusement?
Un chef de projet :

  • sait déléguer
  • est organisé
  • sait planifier, gérer les retards, anticiper les risques, négocier et estimer le travail
  • sait évaluer la charge de travail en fonction de ses collaborateurs
  • connait toute la partie technique et sait développer, tester et recetter
  • sait féliciter son équipe pour ses réussites
  • sait gérer les crises internes
  • ne dit pas oui bêtement à tout ce que ses supérieurs voire le métier lui demandent
  • sait motiver son équipe tous les mois
  • sait gérer le stress tout en ne le faisant pas partager à son équipe
  • a une documentation à jour pour toutes les applications
  • organise des points hebdomadaires d’avancement sur les projets avec son équipe
    J’oublie surement d’autres points.
    Ah pardon ça c’est l’ancienne version du chef de projet.
    Aujourd’hui? euh…ce n’est plus ça du tout c’est sur. la méfiance règne partout, donc les crises/tensions se multiplient dans les services et le travail en équipe en prend un sacré coup. Il faudra sûrement que je me reformate au chef de projet actuellement en vogue. ^^
    … … mais je n’ai pas envie de perdre une bonne méthode de travail. é_è

J’ai eu la malchance de travailler avec des chefs de projets (bizarrement c’étaient des hommes) qui me disaient à chaque fois « nous faisons comme ça depuis le début. C’est trop tard pour changer ».
Et à chaque fois cette phrase m’a énervée. Avec le temps les choses peuvent changer.
La dernière fois j’ai répondu : « et c’est bien de faire comme ça ? cela fonctionne bien je suppose ? … Non ? Ah bon? … et vous voulez continuer comme ça ?
–    oui.
–    . . . c’est vous le chef de projet. Mais c’est sans moi. Bye bye. »
eh oui je suis partie alors que c’était un poste de travail très intéressant.

5)    Les chauffeurs de taxi
–    Les chauffeurs de taxi disent qu’ils sont en crise. Qu’ils n’ont pas de clients, etc…
–    En même temps quand le client demande à un taxi disponible de le payer par carte bancaire les réponses sont trop souvent :
o    On ne prend que les espèces
o    – Il n’y a pas de terminal.
– Votre vignette sur le parebrise indique que vous avez un terminal (de plus tous les taxis G7 en ont un c’est obligatoire)… si la course dépasse 15 euros vous devez accepter la carte, non ? O_o
– NON !
– Ah bon… ~T___T~
o    Voyez avec mes collègues
O_o -_-”’

Il est interdit par la loi à un taxi de refuser la carte bancaire alors qu’il est équipé d’un terminal. Ils font ça pour le pourboire et pour une histoire de 2.5% soit environ 1 euro sur une course de 40 euros !!!

Mais qui va faire respecter la loi ? Personne, car les fonctionnaires auprès desquels il faut porter plainte finissent leur journée à 16h et ne travaillent pas le samedi. Aller porter plainte ok, mais du coup quand ? Ce ne sont pas eux qui paient les jours qu’on doit poser pour nous déplacer jusqu’à leurs locaux.

–    Quand vous faites signe à un chauffeur de taxi disponible :

  • Soit il s’arrête (meilleur des cas mais rare)
  • Soit il vous ignore (je ne vous vois pas. non vous n’êtes pas là)
  • Soit il vous fait un signe de refus (pourquoi dispo si ce n’est pas le cas ?)

Conclusion : utilisez les transports en commun, prévoyez des sous ou commandez un taxi en avance ce qui coutera plus cher (compter 10 euros de plus en moyenne) mais qui vous permettra de payer par carte bancaire.

Un jour j’ai commandé un taxi et j’ai eu la chance de tomber sur un chauffeur honnête. La course m’a coûté moitié moins cher que d’habitude. Pour dire le fric qu’ils font même chez les taxis g7 O_o
J’ai essayé de remonter l’information mais la société s’en moque. pour eux les tarifs normaux sont le double. Je préfère les taxis honnêtes. ^^

6)    une carterie près du boulevard Haussmann, ouverte jusqu’à 19h00 attire notre regard. Nous souhaitons acheter  des cartes, mais à la caisse, alors que nous sommes les seuls clients, une surprise nous attend :
carterie, caissier:
–    Il est 17h, je vais vous demander de patienter. je dois fermer ma caisse.
demande polie, compréhensible. Nous attendons 10 minutes sans aucun mouvement d’ouverture de caisse et sans aucune explication de la personne qui passe et repasse devant nous. Nous interceptons finalement le même monsieur, lui rendons les cartes que nous avons sélectionné et en guise d’au revoir :
–    Nous repasserons un autre jour … ou pas. (ressenti : è_é affiché : ^___^)

D’autres paradoxes suivront sûrement ^^ le monde en est rempli, Paris surtout 🙂

“Quels seront vos regrets sur votre Lit de Mort?”

– Ahem… hemmm… c’est quoi cette question?
– Imaginez vous sur votre lit de mort
– pas moyen. je n’agoniserai pas. Je crèverai d’un seul coup. mwahahahaha c’est moi qui décide :p
– Ok Imaginez que vous allez crever dans 5 minutes. Quels seront vos regrets?
– Euh… aucun?… A ce jour je n’ai qu’un seul regret qui ne pourra jamais être effacé puisque la personne concernée est morte.
– Aucun?
– Nope
– Sérieusement…
– Sérieusement, je ne veux avoir aucun regret. Si vous accomplissez ce que vous souhaitez tant mieux. Si vous n’avez pas accompli vos désirs, il n’y a pas à avoir des regrets à partir du moment où vous avez essayé de les réaliser.
Si c’est tout, bye bye. J’ai des choses plus importantes à faire ^_-
– Du genre ?
– Me laver les cheveux mwahahahaha

 

Ce que la vie m’a appris c’est, qu’en tant qu’adulte, quoi qu’il arrive, quelles que soient les personnes qui essaient d’interférer (même si ces personnes sont les parents), j’ai la responsabilité de ma vie et de mon avenir.
“Je veux vivre autre chose que cette vie”. J’ai souvent pensé cela. Mais ce n’est pas la bonne phrase. La phrase à se dire et répéter est : Qu’est-ce que TU veux vraiment dans ta vie ?
Quand j’y réponds je fixe mes objectifs. En les fixant je commence déjà à voir le chemin à parcourir. C’est donc à moi de dégager la voie que je veux suivre et à m’y tenir.
Les “Tu n’y arriveras pas”, les “c’est une perte de temps”, les “ce n’est pas pour toi, tu t’es regardée dans une glace?” je les ai jetées aux orties il y a longtemps. L’important pour moi c’est d’essayer de toutes mes forces et de voir si je suis capable ou non de faire ce que je décide de faire.
Oui ça fait mal de dire “non” à ses parents, mais en ne le disant pas nous finissons tous par en souffrir. Aucun de nous ne sera heureux.
Oui ça fait peur d’ignorer les opinions des amis, mais en ne le faisant pas nous ne trouverions jamais quelle est notre force, quel est notre don. Puis les amis qui vous enfoncent et vous disent que vous ne pouvez pas le faire, est-ce que nous pouvons vraiment les appeler amis ?

Il ne s’agit pas de foncer dans le tas tête baissée, ni d’écraser les autres. Il s’agit de prendre ses décisions en mesurant les risques et en prenant ses responsabilités.

Chaque être humain a des capacités différentes. Ce que je suis capable de faire un autre ne le sera pas. Ce que l’autre sait faire, je peux être apte à n’en faire qu’une partie ou rien. Tout comme je peux faire ce qu’il fait mais de manière différente.

Par exemple, l’homme que j’aime est capable de chanter et danser y compris devant d’autres personnes. Bien que j’aime chanter et danser je sais que je ne veux pas devenir chanteuse parce que je n’ai pas le talent. Je chante et danse par plaisir chez moi. Comme ça j’évite de casser les oreilles des autres personnes (t’es sure de ça ? et les voisins ? lol)
Et soyons réalistes je n’ai pas la grâce nécessaire pour danser. ^_-

 

Bref tout ça pour dire que si vous avez des projets, des désirs, prenez votre vie en main. Ne laissez personne décider à votre place. Ce n’est en aucun cas aux autres de décider de ce que vous devez devenir ou de ce que vous pouvez devenir. Ce sera votre choix et votre responsabilité.

Je parle bien aux adultes. Les ados et les enfants doivent écouter les parents pour avoir certaines bases avant de se lancer dans la vie d’adulte.

“Imite, assimile et ensuite innove…” Clark Ferry

Fossé des générations

“A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.
La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie et lui dit:
– Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !
La vieille femme s’excuse auprès de la caissière et explique :
– Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps.
Alors qu’elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :
– Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps !

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu’à l’époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin.
Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
Elle ajoute :
– De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu’à l’épicerie du coin. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde. On avait un réveil qu’on remontait le soir. Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. On n’avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto-portées : On utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif. On n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE !

Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel. (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse!
MERDE à la fin !”