La réalité peut faire peur. Courage nous sommes tous concernés.

Ceci n’est qu’une partie. La suite à venir si le blog reste ouvert.

L’heure est grave? Non. elle l’a été depuis bien des décennies. Nous avons simplement préféré rester aveugles que de l’accepter.
Oui, ils nous mentent, oui ils nous manipulent. Mais la réalité est là et nous devons l’accepter ensemble pour tous nous en sortir.
Cela semble bizarre de devoir le rappeler. Nous faisons partie des gens qui refusent de se laisser sacrifier pour des illusions et des mensonges.

La règle? Elle est simple mais demande de l’investissement et donc du temps :
Lisez tout ce que vous trouvez, analysez tout ce que vous pouvez et échangez. Vous verrez que tout à coup la réalité fait moins peur quand nous sommes ensemble et que nous agissons ensemble.
Courage à tout le monde. Courage à nous tous et longue vie aux véritables Humains.

Bonne lecture. é_è
Et merci à tout le réseau Voltaire pour ses informations plus réelles que la “normale”.

La France aurait-elle eu vent des attaques du 13/11/2015 ?
http://www.voltairenet.org/article189278.html
Les actions de la France qui ont amené aux attaques terroristes du 13/11/2015
http://www.voltairenet.org/article189275.html

Et le plan des USA. Sommes nous vraiment des poupées sans volonté?
http://www.voltairenet.org/article189306.html

Les terroristes sont stupides au point de laisser des papiers permettant de les identifier ???
Et les citoyens français deviennent des ennemis de l’état Français.
http://www.voltairenet.org/article189291.html

Extrait : « Un acte de guerre contre les populations

Votée en juin 2015, la loi sur le renseignement, ce projet vieux de plus d’une année, nous a été présenté comme une réponse aux attentats de Charlie Hebdo. La loi autorise notamment l’installation de « boites noires » chez les fournisseurs d’accès Internet permettant de capturer en temps réel les métadonnées des utilisateurs. Elle permet également la pose de micros, de balises de localisation, l’installation de caméras et de logiciels espions. Sont soumis à ces techniques spéciales de recherche, non les agents d’une puissance étrangère, mais la population française. Cette dernière est ainsi traitée comme ennemie d’un Pouvoir exécutif, auquel il revient la décision et le « contrôle » de ces dispositifs secrets. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, cette loi légalise des mesures déjà en place, mettant à la disposition de l’Exécutif un dispositif permanent, clandestin et quasiment illimité de surveillance des citoyens. L’absence de toute efficacité dans la prévention d’attentats nous montre que c’est bien les ressortissants de l’Hexagone qui étaient l’objet de la loi et non les terroristes. En changeant la nature des services de renseignement, du contre-espionnage à la surveillance des citoyens, cette loi est un acte de guerre idéelle contre ceux-ci. Les massacres qui viennent d’avoir lieu à Paris en sont le réel. »

 

Autres lectures liées

http://www.voltairenet.org/article189244.html

http://www.voltairenet.org/article189279.html

http://www.voltairenet.org/article189260.html
T___T
MMJMS

 

La politique s’invite au marché de fruits et légumes.

mauvaise idée. Elle aurait du rester chez elle ^__^

Samedi matin au courses j’ai explosé face à un monsieur âgé qui me racontait la bouche en cœur et les yeux pleins d’étoiles (j’exagère à peine) qu’est-ce qu’elle est bien cette nouvelle réforme de la sécurité sociale.
sachant que les caisses de l’état sont vides,
sachant que les caisses des retraites sont vides et que nous ne savons toujours pas où est passé tout l’argent qu’il y avait,
sachant que 20000 postes vont être supprimés en France d’ici l’an prochain et que même pas 2000 postes seront créés par l’état pour récupérer de l’argent du privé de manière illégale à mon sens,
sachant que les universités vont payer le prix fort également des réformes du président,
Sachant que cette réforme de la sécurité sociale ne peut être viable sans augmentation des impôts après la fin du mandat du président actuel Monsieur Hollande.
Sachant qu’il y a de moins en moins de travailleurs qui paient des impôts.
J’aimerais bien que quelqu’un m’explique ce que cette réforme a de si merveilleux et surtout comment peut-elle durer dans le temps. Qui va payer?

Et puis j’avoue que j’en ai ras le bol de la politique.
A gauche on entend
“Révoquons la droite et formons la vraie gauche”
A droite on entend
“Révoquons la gauche et formons la vraie droite”
Au milieu on entend
“formons le centre ni de droite ni de gauche”
Aux extrêmes restent à l’extrême.

mais aucun ne suggère d’unir tous les partis pour faire front à la “crise” et arrêter de diviser la population. Aucun n’a de solution pérenne pour nous sortir de cette “crise”

Nos opinions politiques sont autant de rêves que chacun veut défendre et faire exister. Nous avons le droit de les avoir et de les exprimer… En période de paix et d’accalmie uniquement.
En période de crise ce jeu est dangereux pour tous.
Le citoyens français se sont perdus dans le mille-feuille français. Car aujourd’hui ni la gauche ni la droite ni aucun parti politique ne nous permettra de réaliser nos désirs égocentriques ou non.

Que pensez-vous de virer ce mille feuille français, d’unir tous les citoyens, de travailler ensemble pour trouver les solutions à nos problèmes actuels ? Et une fois la paix revenue chez nous, de nous concentrer sur nos rêves et de continuer à nous chamailler entre droite et gauche, haut et bas, extrêmes, FN et autres.

De même je ne comprendrai jamais pourquoi nous (la France) allons aider les autres pays et autres personnes hors des frontières quand chez nous déjà, il y a tant de misère et tant de choses à faire.
Là également si quelqu’un veut bien m’expliquer je souhaite comprendre et reste ouverte à la discussion.

Des hommes et des pouvoirs, des illusions et une réalité : comment gouverner ?

“Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités”.
Je me demande toujours pourquoi des êtres humains cherchent tellement à être dirigeants de pays. Quand on nait prince ou princesse on doit suivre la famille, mais dans les autres cas ?
L’amour du pouvoir, l’argent, les “facilités” semblent être les réponses. Pourtant je reste persuadée que tout ça n’est qu’un ensemble d’illusions.
L’homme a toujours été attiré par la facilité. Mais cette facilité a toujours conduit ceux qui l’ont utilisée à la mort, à la misère. Etre chef d’un pays pour moi c’est avant tout être seul, ne pouvoir compter que sur soi, toujours tout vérifier, ne jamais se reposer.

Aujourd’hui, les gens ne chercheraient pas à maitriser un pays entier s’ils savaient ce que ça signifie vraiment. Un grand pouvoir implique non seulement des responsabilités mais aussi de grands sacrifices personnels. Il est plus facile de diriger un pays en bonne santé qu’un pays au bord de la ruine comme le notre.
Et là j’ai compris une chose qui est pourtant évidente. Ceux qui se battent pour être dirigeants, ceux qui nous divisent, qui font de beaux discours vides de sens réel, n’ont surement jamais eu à prendre leurs responsabilités ni à faire des sacrifices pour un pays entier.

Après lecture des livres de Sun zhu L’art de la guerre et de Han Fei Zi l’art de gouverner, j’en suis venue à la conclusion qu’ils devraient être étudiés par tous ceux qui veulent occuper un poste important ; que ce soient les ministres, les députés, les maires ou encore le président de la république.

Un concours sur L’art de gouverner de Han Fei Zi devrait être imposé à ceux qui veulent se présenter aux élections présidentielles.

Vu ce qui se passe aujourd’hui, j’ai décidé de mettre certains extraits qui me semblent pertinents car toujours d’actualité depuis 233 av J-C au moins.

“Ceux qui n’entendent rien à l’art de gouverner disent souvent: ” ne changeons rien aux anciennes traditions; ne bouleversons  pas les pratiques établies.”
Mais le seul véritable ne pense pas en termes de réforme ou de préservation; il ne se préoccupe que de gouverner avec la situation présente. S’il change de voie, s’il abandonne les coutumes, ce n’est que parce qu’elles sont obsolètes.
En général, ceux qui s’opposent par principe au changement, craignent la réaction du peuple, lequel n’aime guère qu’on  modifie sa façon de vivre. Pourtant ceux qui échouent à mener les justes réformes ne font qu’étendre et prolonger le chaos. En cherchant à plaire au peuple, ils ne font que promouvoir leurs propres intérêts et conduisent le pays à la catastrophe. Si la population est trop idiote pour s’alarmer des signes de désordre le gouvernement trop lâche pour entreprendre les changements nécessaires, c’est toute la nation qui va de travers.
Le peuple est stupide et redoute le changement. Il ne supporte pas le moindre sacrifice, même s’il permet l’avènement d’une prospérité accrue. ”

“Un sage gouverne donc en tenant compte de la somme des biens disponibles; il pense en terme de rareté ou d’abondance. Lorsqu’il punit légèrement, ce n’est pas par compassion. Lorsqu’il punit durement, ce n’est pas par cruauté. Il sait simplement évaluer ce qu’il convient de faire en fonction des circonstances. La manière de gérer les affaires varie selon les époques. ”

“On tient le peuple par la force.
On ne peut encourager les actions privées et assurer la prospérité de l’État.
En temps de paix, le pays soutient les érudits et les justiciers solitaires, mais lorsque la guerre menace,  c’est de soldats dont il a besoin. Ignorer cela revient à se priver de ceux qui sont utiles à l’état et employer ceux qui ne lui sont d’aucun profit.
Aussi lorsqu’on tente d’instaurer la Loi pour le plus grand nombre, il ne faut pas s’appuyer sur des doctrines quand même les plus érudits peinent à saisir. Comment le peuple pourrait-il bien les comprendre ?
En matière d’administration et de communication, il faut s’exprimer en des termes compréhensibles par le plus grand nombre. Chercher finesse en s’appuyant sur la pensée des sages peut ruiner tous les efforts du gouvernement.
Les gens du peuple jugent un homme bon parce que sa conduite est loyale et honnête, c’est-à-dire qu’il ne cherche pas à les tromper.
N’ayant ni les moyens ni le pouvoir de contrôler les autres, ils préfèrent se lier à ceux dont ils sont sûrs qu’ils ne leur feront pas de mal.
Sur des questions concrètes, si le gouvernement se contente des rapports qu’on lui remet, sans aller en vérifier le résultat, il poursuit inexorablement sa course vers la déliquescence.”

” En matière de conduite personnelle, on se contente de la seule élévation spirituelle, sans s’intéresser aux réalisations concrètes.
L’armée devient de plus en plus faible et le gouvernement sombre dans la confusion.
Le peuple encense et le souverain honore, ce qui conduit l’État à sa ruine.
Nombreux sont ceux qui traitent de l’agriculture, mais peu posent leurs mains sur une charrue.
Nombreux sont ceux en effet qui discourent sur l’art de la guerre, mais peu revêtent leur armure. Lorsque la population des agriculteurs diminue, le pays s’appauvrit. Le monde plonge alors dans le chaos.

Les ministres en charge des Affaires étrangères ne sont que les porte-parole des partis et forces en présence. Ils utilisent les alliances et ressources du pays à des fins personnelles, pour défaire leurs Rivaux et favoriser leurs alliés.
Il n’y a aucun avantage à s’inféoder à un État fort si ce n’est pour perdre le contrôle de son territoire et saper les fondements du gouvernement.
Venir en aide à un état faible ne garantit pas qu’on puisse le sauver.

Le dirigeant qui ne se fie pas aux propres lois et procédures de son pays, mais se fonde sur des enseignements étrangers, conduit l’Etat au désordre et à la faiblesse. Un proverbe dit : “les longues manches font les bons danseurs; la richesse fait les bons hommes d’affaires.” ”

“Mieux vaut donc, au lieu de se perdre en stratégies diplomatiques, renforcer l’ordre intérieur de l’Etat, s’assurer que les lois soient claires et cohérentes, que les récompenses et les châtiments soient prononcés et accomplis sans faillir, que de toutes les ressources du pays soient exploitées au mieux et que les greniers soient pleins; que les troupes soient entraînées et prêtes à offrir leur vie à la défense des cités, de telle sorte que tout Conquérant potentiel soit assuré de gagner peu et de perdre beaucoup. Voilà comment on garde son pays de la destruction.
Lorsque les manigances diplomatiques ont fait faillite et que la politique intérieure a mené l’état au désordre, la ruine du pays est inévitable.
Les seuls soucis du peuple sont la sécurité et la prospérité. Ses seules craintes sont l’insécurité et la misère. L’homme du peuple, lorsqu’il est mis sur le champ de bataille, est pris en tenaille: S’il avance, l’adversaire risque de le tuer; s’il recule, c’est la peine de mort pour désertion.
Les faiseurs de discours manigancent pour asseoir leur position et assurer leurs intérêts au détriment de ceux du pays.”
Bonne lecture et bon courage à ceux qui veulent que l’avenir de nos pays change

http://livre.fnac.com/a2796618/Han-Feizi-L-art-de-gouverner

 

 

Why fear future?

why do people fear so much future and changes?

I always wondered why humans are so afraid of changes in their life. The answer is simple in fact from my point of view. Because it was what they were taught by people who governs them. “we will protect you. put your life in our hands. trust us.”.
During 20th century people trusted those ones. But they were betrayed so often that today they don’t believe in it anymore.

I can only speak for what is going in France. Now the government is trying to protect us from everything. “don’t eat sweets, don’t eat salty food, don’t eat this or that, don’t drink this or that, think like this, do like that, judge like us”.
A glass of wine and you’re already considered as a drunken person.
A laugh and you’re considered as a crazy person. yeah you can’t smile nor laugh alone. Incredible

I can’t accept this way of life. I want to wonder how tomorrow will be, I want to feel happiness, sadness, to cry and to laugh. I want my future to not be determined by others (even if it’s the case now because even the government is manipulated by other humans).
“one way one fate”. Thanks but no thanks. That’s not for me.

I want to use my brain to think, to decide, to create, to destroy. I want to use my heart to feel love and pains, to feel that I’m alive.
I want to be ill so my lover and family will take care of me. I want to heal to be able to work with friends, to travel and meet new people, to have fun.

Preventing is a good thing but forcing the preventions is what is called being a dictator.

I can’t agree to put my future and fate in the hands of someone else even if I’m going to die tomorrow.
I am born in a protected world, but I never asked for such a thing. I want to see this shield break in billion pieces to set everyone free. will it be better or worse? It’s up to us to make it better, but at least the wars we didn’t decide to do won’t happen.
Don’t you feel that our world is based on a spiral of continuously human’s sacrifices?

I am smiling when I hear foreigners saying “we want to be free. we want friendship, democracy” etc
You’re mistaken if you think that people are free in democracy. They have more rights yes, but to use them they still have to fight a lot and they definitly  can’t do what they want or live well with dignity until death.
By the way you don’t need to wait to be in a democracy to make friends, do you? no matter where you live you can have friends. this is up to you not to the society nor to the government.

Here in France you can live longer true, but not better. I prefer to live 30-40 years well than surviving 100 years and end up like a shit.

when you’re ill foreigners think that you’re going to be healed by the government’s money in France.
I wanted to precise that in fact it’s the money from commoners like me who are paying taxes that help you to be healed. those who are ruling the country don’t pay anything.

If you use common sense you can live well and be more free.
You can eat sweets, salty food, rich food. Only remember to eat small quantities per day (not a whole plate of chocolate).
you can drink wine or other alcohol without being drunk. Drink a little better don’t mix.
you can eat fructs and drink milk to go to toilets if you want and like. Think to eat something solid after like bread, rice, pasta.
you can eat meat, but instead of 500g per meal try to go down to 100g-200g per day.
Japanese women taught me what we in europe forgot. eat anything you like, drink anything you like, slowly to apreciate it and in small quantities.
I counted in France i am eating 2000-2500KCAL. In Japan 1000KCAL is enough. Since I came back I am always eating smaller and smaller parts. I am feeling betetr and I enjoy myself while eating.

A lot of people are saying that to lose weight you must do sport. I can assure those who can’t (I hear a voice I know since 2006 telling me if you want you can. well true except when your body is limited because it was ill during years and can’t do what your mind wish even now) or don’t have the strenght. I can’t do sports. no running for me, no sports. But… I like to dance, I like to walk, I like to sing. I am not able to do it everyday. My body won’t survive ;). But as soon as I have enough energy I am doing it because it makes me happy.
What I want to tell you. If you’re sad or if you don’t know what to do I suggest you to ask yourself what do you like to do? learning, studying, writing, swimming, dancing, go shopping with friends… discover what you like and do it. Make it simple, Make it happen for yourself.

In conclusion never think again that in France, in democracy we are free or we live well. A lot of people starve, a lot of people are broken, a lot of people are alone.
There might exist an other solution than democracy, better for us. I believe if we think about it together we can find a new way and path for everyone.

Fossé des générations

“A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.
La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie et lui dit:
– Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources !
La vieille femme s’excuse auprès de la caissière et explique :
– Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps.
Alors qu’elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :
– Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps !

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu’à l’époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin.
Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.
Elle ajoute :
– De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : On marchait jusqu’à l’épicerie du coin. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On ne connaissait pas les couches jetables : On lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde. On avait un réveil qu’on remontait le soir. Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas ; on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit.
Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal ou de la ouate, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique. On n’avait pas de tondeuses à essence autopropulsées ou auto-portées : On utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon. On travaillait physiquement; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif. On n’utilisait pas de tasses ou de bouteilles en plastique à jeter. On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo. On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille-crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque rentrée. Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologiste.
On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

ALORS VIENS PAS ME FAIRE CHIER AVEC TON MOUVEMENT ECOLOGISTE !

Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel. (pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, etc. mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance crasse!
MERDE à la fin !”