Règles douloureuses, gynécologues et ENDOMETRIOSE

« Les règles douloureuses sont normales. »

« C’est seulement enflammé. Rien de grave. »

« Vous vous inquiétez pour rien. Tout va bien. »
J’ai entendu ces phrases de mes parents, de tous les gynécologues que j’ai vu et de la plupart des médecins.

… quelqu’un de proche m’a fait remarquer que j’avais tendance à généraliser. C’est vrai. Je ne connais pas tous les gynécologues de France, ni tous les médecins de France. Alors comment reconnaître les menteurs de ceux qui ne le sont pas ? … je n’ai pas de réponse à cette question…

Pour moi, la prise de conscience a eu lieu en ce jour ensoleillé de juin 2015. J’ai toujours eu des règles MEGA douloureuses : à se tordre en deux de douleurs, passer des heures aux toilettes, avoir des migraines, nausées et vomissements.

Mais ce mois-là fut le pire de tout ce que j’ai pu connaître. J’étais sous ANTADYS depuis mon adolescence. Ce médicament diminuait grandement la douleur sans pour autant effacer la souffrance totalement. Ce mois-là, l’Antadys n’eut aucun effet.
Je me suis retrouvée avec des maux de têtes incroyables, des prérègles douloureuses qui durent 4 à 6 jours, des règles de 5 à 7 jours (avec arrêt momentané puis relancement), complètement pliée en 2 de douleur. Les règles étaient devenues si abondantes, je perdais le sang par caillots entiers et j’avais l’impression de me vider complètement de mon sang. Ajouter à cela une diarrhée si aiguë, que je croyais que mon ventre allait finir par exploser.

Je suis allée consulter une gynécologue renommée à Paris. Son bilan, « Tout va bien. C’est normal d’avoir mal. », m’a mise en rogne è_é.
Je suis allée voir mon médecin en lui expliquant et décrivant mon vécu : « Faites une échographie »
A l’échographie j’ai eu droit à un « Tout va bien » qui m’a mise hors de moi è_é T__T

Toute cette douleur et cette souffrance c’est normal ????? NON ! Pas de mon point de vue !
CE N’EST PAS NORMAL d’avoir aussi mal pendant les règles.

Attention. Je ne parle pas de petits tiraillements ou de petits inconforts ici. Je parle vraiment de maux de têtes aux migraines chroniques, des douleurs à être incapables de rester debout, assis ou même de dormir. Je parle des saignements par gros cailloux et abondants qu’on dirait une rivière rouge sans fin, à vous faire aller aux toilettes toutes les heures.
Je parle de la fatigue écrasante qui vous saisit et dont vous ne vous remettez qu’une semaine après la fin de vos règles.

Alors quand le corps médical me dit que TOUT CA c’est normal, je ne peux plus le croire. J’ai revu mon médecin et j’ai demandé une IRM. Cela a prouvé une chose de façon sure et certaine : c’était anormal.

Car seule une IRM peut détecter l’Endométriose. Alors qu’est-ce que cette bête là ? Il y a suffisamment d’informations sur internet. J’en livre quelques unes :
http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=endometriose_pm
http://www.onmeda.fr/forum/gyn%C3%A9cologie/89732-tous-savoir-sur-l-endometriose-bien

Quand la gynécologue et le médecin me disent que la seule solution pour moi est l’opération lourde pour enlever mon appareil génital, mon monde s’effondre.

JE REFUSE. TOUT MON CORPS REFUSE !

J’ai rejeté l’opération pour raisons personnelles et psychologiques. Comment supporter une opération si lourde de conséquences pour quelque chose qui est censé être normal ???? Je ne me sens pas capable.

Puis je me relève seule. Je sèche mes larmes et je passe une semaine à chercher intensément sur internet comment soigner l’endométriose. Cela m’a appris en premier que l’endométriose c’est comme les fibromes. On opère, on guérit et hop ça peut revenir, voire s’aggraver. Et puis je tombe sur 2 forums qui parlent de soins par les plantes. é_è Je n’ai jamais essayé de me soigner par les plantes. J’ai toujours entendu dire que c’était du pipo, du vent. Qu’avais-je à perdre ? Plus rien.

Je ne dis pas que cela va fonctionner pour tout le monde. Je crois que chacun est différent et nos métabolismes réagissent différemment.
Pour moi cela a fonctionné. J’ai divorcé de l’Antadys. Bye bye l’antadys. Yep du jour au lendemain je lui ai dit au revoir sans regrets. Hop, à la poubelle !

J’ai testé pendant une année entière et ça valait la peine. Aujourd’hui je prends encore ces plantes. Voici l’évolution sur 14 mois :

  • Les prérègles disparaissent 1 mois sur 2 et ne durent plus que 3 jours. Sans douleurs.
  • En août 2016 j’ai eu mon premier mois de règles normales dans ma vie. 4 jours de règles seulement avec une légère gêne dans le bas ventre et très peu de tiraillements.
  • Les règles durent 3-4 jours sans relance (pas d’interruption puis reprise/ pas de pause de 24h avant un nouveau déluge)
  • Baisse de la quantité des caillots
  • Les douleurs baissent et 1 mois sur 2 je suis capable de rester debout et de marcher, même si cela reste inconfortable pour le moment.
  • Migraines disparues. Quelques maux de têtes subsistent 2 mois sur 3.

AVOIR MAL pendant les REGLES EST ANORMAL.

Je conseille aux adultes qui ont de tels symptômes de demander directement une IRM. Seule l’IRM peut détecter l’endométriose. Si vous ne l’avez pas vous serez soulagée d’un poids.
Pour les adolescentes faudra vous renseigner.

Alors avant de choisir une opération lourde de conséquences autant physiques que psychologiques, je vous conseille de demander à votre médecin

  • Une analyse de sang complet (fer, vitamine D, vitamine C, hormones, thyroïde, cholestérol, etc…) pour combler les carences. La douleur peut venir d’une légère anémie par exemple ou d’une hormone qui déconne comme la progestérone, autre exemple.
  • Une IRM : si cela ne détecte rien c’est déjà ça.

Plus tôt l’endométriose est détectée et soignée, mieux c’est. Évidemment.

Pour Adultes : (pour les adolescentes, il faut vous renseigner auprès d’une excellente herboristerie)

Et alors mon traitement aux plantes ?
Les infusions ne fonctionnent pas sur moi. Alors je me suis présentée à l’herboristerie et j’ai posé des tonnes de questions. Et en essayant j’ai trouvé ce qui fonctionne bien pour moi. Des gélules (à ne surtout pas mélanger avec l’alcool) :

  • Achillée millefeuilles pour contrer les douleurs abdominales : 6 gélules par jour
  • Bourse à pasteur pour contrer les saignements abondants et surtout débordants : 6 gélules par jour
  • Baies de myrtille pour contrer les diarrhées très aiguës : une cuillère à café de baies après chaque passage aux toilettes.

Je me suis imposé de recommencer le traitement à zéro si je ratais une prise. Du coup, pendant les 6 premiers mois j’ai pris consciencieusement les 12 gélules par jour sans en oublier une seule.

Après les 6 mois, 6 autres mois avec prise des gélules 1 semaine avant les règles jusqu’à la fin des règles. Si les règles commencent en avance, je prenais les gélules de la date estimée jusqu’à une semaine après les règles.

Après ces 6 autres mois (soit 1 an en tout), je prends uniquement pendant les règles suivant mon ressenti. Si j’ai mal, même une semaine avant, je prends les gélules. Sinon, non.
De temps en temps je refais un mois complet de prise. Mais c’est rare.
Et ça fonctionne du tonnerre pour moi.

Bien sur mon traitement n’est pas du tout remboursé par la sécurité sociale.

Je vous conseille de bien vous renseigner auprès de la meilleure herboristerie que vous trouverez dans votre ville. Poser leur des questions et n’hésitez pas à leur décrire vraiment ce qui vous arrive.

Je continue à me battre pour rester debout, et je suis contente de me sentir de mieux en mieux mois après mois. Je tiens un journal de bord chaque mois. Dès que ça commence à faire yoyo (un mois oui un mois non) ça veut dire que je me  rapproche du but : avoir des règles normales.

Ce que j’ai appris c’est que je ne dois pas abandonner. Alors à toutes celles qu’on abandonne et qu’on laisse tomber, COURAGE. Il est possible de s’en sortir.

Magtebmeiji

Advertisements